Voir tout les articles sur ce sujet.

Vivre ensemble






JUILLET 2017





Dimanche 9 juillet 2017 - Commémoration bahá’ie : Martyre du Báb .
Le Báb - La Porte –(1819-1850) a été le précurseur de la Foi Bahá'ie, religion née en Perse en 1844. Il annonça l’Avènement prochain de Bahá’u’lláh, un Messager divin, qui inaugurerait un Âge de Paix et de Justice, “Âge” promis dans toutes les religions du monde. À cause de cette prophétie, le Báb fut exécuté à Tabriz (Perse, Iran actuel), le 9 juillet 1850 à l'âge de 31 ans.  Sa dépouille a été transférée à Haïfa, sur le Mont Carmel, où il est enterré dans un magnifique mausolée.

Du jeudi 13 au 15 juillet 2017 - Fête shintoïste : O-bon .
Au Japon, accueil des esprits des ancêtres, avec des danses durant trois jours dans les maisons et les villages.

Dimanche 16 juillet 2017 - Fête catholique : Notre-Dame du Mont Carmel.
Le Mont Carmel, haut lieu de prière depuis les temps anciens, a vu la construction par les Carmes d'un monastère dédié à la Vierge Marie, modèle de vie de travail et de contemplation.

Mercredi 19 juillet 2017 ; Fête bouddhique : Khao Phansa.
Début de la retraite des moines pendant la saison des pluies.
Fête des bougies en Thaïlande.

Jeudi 20 juillet 2017 - Fête orthodoxe : le prophète Elie.
Elie, situé au 9e s avant JC, est révéré par toutes les religions monothéistes. Sa vie est marquée de prodiges. Il est annoncé comme le précurseur du Messie à la fin des temps.

Jeudi 27 juillet 2017 - Fête bouddique : Choekor Duchen.
Premier enseignement de Bouddha après son éveil. Enseignement des Quatre Nobles Vérités sur la souffrance, la cause de la souffrance, la cessation de la souffrance et le chemin qui mène à la cessation de la souffrance.

Photo de Jean-Pierre Martin.


Transmis le Juil 01, 2017 - 12:10 AM Envoyez cette article à un ami Format imprimable
Dialogue interreligieux
Les liens qui figurent dans cette page proviennent d'informations plus anciennes du pavé Actualité. Ces informations sont classées par ordre inverse de la date : les premières sont les plus récentes. Cliquer pour activer le lien.



- Collaboration multireligieuse au Népal ( anglais )de Religions for Peace.


- Réaction de Religions pour la paix sur le tremblement de terre au Népal.


- Réaction du Conseil Européen des Responsables Religieux ( ECRL ).


- Paris et le rejet de l'extrémisme religieux violent, par William Vendley Secrétaire général.


- Visite d'imams français au Vatican, du 6 au 8 janvier 2015.


- Appel des responsables de Religions pour la Paix International, pour rejeter toute forme de violence des extrémismes religieux ( en anglais).


- Les responsables religieux prennent position pour l'abolition de l'armement nucléaire. ( angl.)


- Décès de Syed Hassan Bahr Al Oloom ( en anglais ).


- Prix Nobel de la Paix.


- Déclaration des représentants religieux du monde les 21-22 septembre 2014, sur le climat. Signé par le Secrétaire général de RfP.


- Un Collectif de Musulmans de France : "Nous sommes aussi de "sales Français" !


- Appel des musulmans de France.


- Religions pour la paix-Europe condamne les actes de haines de l'EI. (anglais)


- Appel urgent du Secrétaire Général transmettant les appels du Sheikh Majid et du Patriarche Sako pour l'Irak, en particulier les Yazidis et les Chrétiens.


- Communiqué des Imams de France, à propos des relations islamo-chrétiennes, en particulier pour les chrétiens de Mossoul.


- Communiqué du CRCM de La Réunion sur les chrétiens d'Irak et autres minorités religieuses


- Appel de Religions pour la Paix-Europe et du Conseil Interreligieux d'Albanie pour que cessent les violences contre les chrétiens et les autres religions en Irak.


- Religions for peace-Europe ( en anglais ) : Commémoration du 68e anniversaire du bombardement d'Hiroshima et Nagasaki, pensées et prières.


- Déclaration de la Conférence des Responsables de Culte en France (CRCF)à propos des conflits au Proche Orient - 21 juillet 2014.


- Prière pour la Paix du Pape François, de Shimon Peres et de Mahmoud Abbas, en présence de Batholomée 1er.


- Ghaleb Bencheikh salue l’acte de l’ayatollah Masoumi-Tehrani et le qualifie d’« événement majeur dans l’Iran actuel »


- Condamnation de la fusillade au Musée Juif de Bruxelles ( angl.)


- Soudan : condamnation d'une femme pour ses convictions religieuses ( angl.)


- Enlèvement au Nigeria ( angl.). Opinion du Secrétaire de RfP - International.


- Communiqué de GMP et du CFCM au sujet de l'enlèvement des jeunes filles.


- Rendez-nous nos filles. Expression de Ghaleb Bencheikh sur le silence des autorités religieuses.


- RfP international soutient le processus de paix en République Centrafricaine.( en anglais )


- Acte symbolique sans précédent d'un haut dignitaire religieux iranien.


- Pour la paix en Ukraine.


- Appel des responsables religieux de Lyon, juifs, chrétiens et musulmans au respect de la liberté religieuse de chacun : Le paysage est moins beau lorsqu'on ne voit plus le ciel.


- Le Comité interreligieux de la Famille Franciscaine ( CIFF ) demande aux Pouvoirs Publics d'appliquer la Loi contre toutes les manifestations de racisme, de xénophobie et d'antisémitisme.


- Le représentant spécial de l'ONU pour la Syrie relaiera un appel urgent des Eglises à la Conférence de Genève 2.


- Centrafrique, Appel des évêques pour reconstruire ensemble le pays dans la paix.


-Première femme et première africaine élue à la présidence du Comité central du COE.


- 9ème Assemblée Mondiale de Religions pour la Paix, Novembre 2013. Déclaration de Vienne : « Accueillir l'Autre », une vision multi-religieuse de la paix.


- 3ème Forum islamo-chrétien à Lyon : Lettre ouverte aux jeunes de France.


- Communiqué de Presse de Dalil Boubakeur à propos de l'enlèvement du prêtre français Georges Vandenbeusch.


- Déclaration faite au retour de la délégation d'associations de plusieurs religions, après leur visite aux réfugiés syriens, du 6 au 11 octobre 2013.


- Manifeste pour l’espérance, proclamé à l’occasion de "Protestants en fête" , 27–29 septembre 2013.


- Les Responsables religieux syriens lancent le Conseil Interreligieux Syrien. (anglais).


- Déclaration commune des représentants de RfP sur les armes nucléaires à la Conférence internationale d'Oslo.


- La coopération multi-religieuse, clé vitale de la paix en Syrie ( en anglais ).


- Un vote des Nations unies exprime une profonde inquiétude au sujet des violations des droits de l'homme par l'Iran.


- Collaboration multireligieuse au Népal ( anglais )de Religions for Peace.



- Réaction de Religions pour la paix sur le tremblement de terre au Népal.



- Réaction du Conseil Européen des Responsables Religieux ( ECRL ).



- Paris et le rejet de l'extrémisme religieux violent, par William Vendley Secrétaire général.



- Visite d'imams français au Vatican, du 6 au 8 janvier 2015.



- Appel des responsables de Religions pour la Paix International, pour rejeter toute forme de violence des extrémismes religieux ( en anglais).



- Les responsables religieux prennent position pour l'abolition de l'armement nucléaire. ( angl.)



- Décès de Syed Hassan Bahr Al Oloom ( en anglais ).



- Prix Nobel de la Paix.



- Déclaration des représentants religieux du monde les 21-22 septembre 2014, sur le climat. Signé par le Secrétaire général de RfP.



- Un Collectif de Musulmans de France : "Nous sommes aussi de "sales Français" !



- Appel des musulmans de France.



- Religions pour la paix-Europe condamne les actes de haines de l'EI. (anglais)



- Appel urgent du Secrétaire Général transmettant les appels du Sheikh Majid et du Patriarche Sako pour l'Irak, en particulier les Yazidis et les Chrétiens.



- Communiqué des Imams de France, à propos des relations islamo-chrétiennes, en particulier pour les chrétiens de Mossoul.



- Communiqué du CRCM de La Réunion sur les chrétiens d'Irak et autres minorités religieuses



- Appel de Religions pour la Paix-Europe et du Conseil Interreligieux d'Albanie pour que cessent les violences contre les chrétiens et les autres religions en Irak.



- Religions for peace-Europe ( en anglais ) : Commémoration du 68e anniversaire du bombardement d'Hiroshima et Nagasaki, pensées et prières.



- Déclaration de la Conférence des Responsables de Culte en France (CRCF)à propos des conflits au Proche Orient - 21 juillet 2014.



- Prière pour la Paix du Pape François, de Shimon Peres et de Mahmoud Abbas, en présence de Batholomée 1er.



- Ghaleb Bencheikh salue l’acte de l’ayatollah Masoumi-Tehrani et le qualifie d’« événement majeur dans l’Iran actuel »



- Condamnation de la fusillade au Musée Juif de Bruxelles ( angl.)



- Soudan : condamnation d'une femme pour ses convictions religieuses ( angl.)



- Enlèvement au Nigeria ( angl.). Opinion du Secrétaire de RfP - International.



- Communiqué de GMP et du CFCM au sujet de l'enlèvement des jeunes filles.



- Rendez-nous nos filles. Expression de Ghaleb Bencheikh sur le silence des autorités religieuses.



- RfP international soutient le processus de paix en République Centrafricaine.( en anglais )



- Acte symbolique sans précédent d'un haut dignitaire religieux iranien.



- Pour la paix en Ukraine.



- Appel des responsables religieux de Lyon, juifs, chrétiens et musulmans au respect de la liberté religieuse de chacun : Le paysage est moins beau lorsqu'on ne voit plus le ciel.



- Le Comité interreligieux de la Famille Franciscaine ( CIFF ) demande aux Pouvoirs Publics d'appliquer la Loi contre toutes les manifestations de racisme, de xénophobie et d'antisémitisme.



- Le représentant spécial de l'ONU pour la Syrie relaiera un appel urgent des Eglises à la Conférence de Genève 2.



- Centrafrique, Appel des évêques pour reconstruire ensemble le pays dans la paix.



-Première femme et première africaine élue à la présidence du Comité central du COE.



- 9ème Assemblée Mondiale de Religions pour la Paix, Novembre 2013. Déclaration de Vienne : « Accueillir l'Autre », une vision multi-religieuse de la paix.



- 3ème Forum islamo-chrétien à Lyon : Lettre ouverte aux jeunes de France.



- Communiqué de Presse de Dalil Boubakeur à propos de l'enlèvement du prêtre français Georges Vandenbeusch.



- Déclaration faite au retour de la délégation d'associations de plusieurs religions, après leur visite aux réfugiés syriens, du 6 au 11 octobre 2013.



- Manifeste pour l’espérance, proclamé à l’occasion de "Protestants en fête" , 27–29 septembre 2013.



- Les Responsables religieux syriens lancent le Conseil Interreligieux Syrien. (anglais).



- Déclaration commune des représentants de RfP sur les armes nucléaires à la Conférence internationale d'Oslo.



- La coopération multi-religieuse, clé vitale de la paix en Syrie ( en anglais ).



- Un vote des Nations unies exprime une profonde inquiétude au sujet des violations des droits de l'homme par l'Iran.




- Déclaration de Vienne - Liberté de religion : droits et engagements (en français).





- Soutien de l'Ordre des Avocats de Paris à la liberté d’expression et de croyance en Iran.



Protestations internationales pour le 5e anniversaire de l'emprisonnement des sept responsables bahá’ís iraniens – ainsi des autres prisonniers de conscience en Iran.





- Appel solennel
de Religions pour la Paix ( Conseil européen ) pour la libération des deux Responsables religieux syriens enlevés le 22 avril.





- Prise de position de "Religions pour la Paix-Europe" sur les valeurs religieuses.





- Communiqué de Nairobi, mai 2012.Les responsables religieux africains s’engagent à agir.





- Conseil Européen des Leaders Religieux ( ECRL ) 2012 - Déclaration de Sarajevo 2012.





- Création de Insh'allom, la Plateforme des Initiatives civiles de Paix au Proche-Orient.





- Conseil Européen des Responsables religieux, 28 avril 2010 : Déclation d'Istambul sur la Tolérance.





-L'ONU appelle les religions en renfort pour sauver la planète.





-G8 : Déclaration des Responsables religieux.





-Réponse du PISAI (Eglise catholique) à la Lettre des 138 Responsables musulmans.





-Lettre de 138 Responsables religieux musulmans aux églises chrétiennes.





-Jeunes de la CMRP, leur plan d'action.






Transmis le Fév 25, 2014 - 10:56 PM Envoyez cette article à un ami Format imprimable
Dialogue interreligieux

Dossier faisant suite au Colloque Interreligieux Grand Ouest « Sens et urgence du Dialogue Interreligieux »
Abbaye de Fontevraud – Dimanche 25 Mars 2012


- Programme.

- Communiqué de presse.

- Message de Mgr Claude Rault.

- Article de Jean-Christophe Ploquin - LA CROIX.

- Photos : Président de Tibhirine, Participants, Table ronde.




Transmis le Avr 14, 2012 - 12:48 AM Envoyez cette article à un ami Format imprimable
Vivre ensembleVoeux de Fêtes 2012


- Voeux du GRIC : Groupe de Recherche Islamo-Chrétien.



--------------------------------------------------------------------------------------

- L'association l'Union Des Enfants d'Abraham, (UDEA), vous souhaite de très bonnes fêtes de Pessah et de Pâques.
L’UDEA réunit des hommes et des femmes de toutes religions pour favoriser le vivre ensemble et réduire la xénophobie, fruit de la méconnaissance.  
Que Dieu nous aide à mieux nous éclairer et témoigner avec justice. Fraternellement. 



----------------------------------------------------------------------------------------

Chers amis et frères,
Ove et Saïd,
 
que le Miséricordieux vienne vous bénir, en retour de vos voeux si fraternels que vous m'avez adressés ainsi qu'à tous les chrétiens, pour la fêtes de Pâques.
 
En ces temps difficiles, que nos liens fraternels entre croyants ne cessent de grandir, pour que ceux qui cherchent à nous diviser en multipliant les amalgames ne soient pas les plus forts, mais que l'amour fraternel ait le dernier mot.
 
très fraternellement,
 
Mgr Michel SANTIER
Evêque de Créteil
2 avenue Pasteur Vallery-Radot
94000 CRETEIL
Tél secrétariat 01 45 17 24 16 ou 15
----------------------------------------------------------------------------------------
Message de Pâques 2012 du GAIC:
 
La Foi chrétienne se fonde autour du Mystère pascal qui est un grand message d’Espérance.
C’est de cette Espérance que nous appelons nos frères et sœurs chrétiens et musulmans, en cette période difficile, à surmonter les aléas de la vie, par la pratique des prières et par le partage de la Parole de Dieu.
Que Dieu nous accorde à tous la grâce de Pâques.
 
            Les Présidents du GAIC : Ove Ullestad et Saïd Ali KOUSSAY
 


Religions et conflits



Diverses réactions aux attentats de la période de Noël



- Les amis de la Paix, au Mans.



- Communiqué de Gap-Espérance.



- Article du Père Henri de la Hougue et de Kamel Meziti dans Oumma.com



- Appel de musulmans : l'Islam bafoué par les terroristes sur respectmag.com.

Suivi du témoignage de Mustapha Chérif : "Pourquoi j'ai signé l'Appel"



- Réponse d'Emile Moatti au témoignage de Mustapha Cherif.





LES AMIS DE LA PAIX , dialogue interreligieux et non-violence

Communiqué : Soutien à nos frères chrétiens d’orient





Le 31 décembre un attentat perpétré dans une église Copte d’Alexandrie en Egypte fit 21 morts et 79 blessés. L’Association sarthoise interreligieuse “ les Amis de La Paix ”, membre de section française la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix et du GAIC (Groupement d’Amitié Islamo-Chrétienne) s’élève pour condamner les actes de violence perpétrés envers nos frères chrétiens d’Egypte, d’Irak, d’Afrique …etc.

Au nom des membres de l’Association “ Les Amis de La Paix ”, nous affirmons notre fraternité et notre solidarité envers les familles des victimes tant éprouvées. L’Association exprime sa profonde inquiétude, quant à la situation des chrétiens d’Orient et leur droit à pratiquer librement et en toute sécurité leur religion.

Cependant ces crimes ne doivent pas nous entrainer à suivre les promoteurs de la peur et de la haine. En France ne laissons pas la discorde s’installer entre chrétiens et musulmans, nous savons que le vrai islam est, celui de la paix, celui de la tolérance, celui du message d’amour et de concorde entre les hommes. Dans le Coran il est dit : “ Celui qui tue un homme, est considéré comme avoir tué toute l’Humanité ”.

Face à cette violence, le dialogue entre les religions est plus que jamais nécessaire, pour faire entendre la voix de ceux qui, par la conjugaison de leurs efforts, construisent au quotidien des ponts entre les religions. Ces liens interreligieux et interculturels sont en eux même un message d’espoir et contribuent à bâtir une société laïque ou le mot fraternité prend tout son sens.





Hilaire BODIN Président et chrétien

Adji DRAME Vice-présidente et musulmane









Communiqué de « Gap Espérance »: Réaction face aux violences contre les croyants (Bagdad, Alexandrie,..).



Le Collectif interreligieux « Gap Espérance », constitué de responsables des communautés juives, chrétiennes et musulmanes de Gap, fait part de sa consternation face aux événements qui ont visé des Chrétiens à Bagdad en Irak, et à Alexandrie en Egypte.

Ces violences qui touchent des Croyants au moment de leurs célébrations religieuses sont inacceptables.



Conforme à sa vocation de sensibilisation et de compréhension mutuelle, « Gap Espérance » condamne fermement toutes les violences commises au nom de Dieu.



Nous appelons chaque communauté à écarter toute forme de discrimination et à s'engager dans le dialogue et dans la connaissance réciproque, dans le respect de nos différences.





Suite d'Emile Moatti au témoignage de Mustapha Cherif :



J'ai bien connu le professeur Mustapha Chérif, ancien Ambassadeur d'Algérie en Egypte et je suis né dans la même région que lui, en Algérie. J'apprécfie sa prise de position énergique et sans ambiguité. Il doit pouvoir compter sur le soutien moral de tous les juifs et chrétiens qui partagent, avec les véritables croyants musulmans inspirés par l'Esprit du Dieu -Un de l'humanité tout entière, l'idéal abrahamique de Fraternité universelle. Cet idéal est décrit dans la Thora de Moïse, et il est repris par les Evangiles et le Coran,

faisant d'Abraham le "Père de tous les croyants". Nous avons un socle commun de valeurs éthiques qui devrait nous inspirer en permanence pour le bien et l'épanouissement de nos sociétés et de tous les citoyens.

Les vrais croyants sont ceux qui ont toujours le souci du bien-être de l'autre, au nom de l'amour de Dieu qui doit se traduire, selon nos traditions, par l'amour de tous les êtres humains, quelle que soit leur origine ou leur croyance. Toute attitude contraire est une imposture coupable et conduit à la négation de la spiritualité qui devrait habiter nos coeurs. Condamnons ensemble tous les dévoyés fanatiques qui conduisent in fine à tuer des innocents, et combattons les par tous les moyens. C'est pour nous une obligation morale fondamentale.

Eveillons nos consciences par la prière , le jeûne et la solidarité matérielle.



Emile Moatti

Délégué général de la Fraternité d'Abraham à Jérusalem

(juifs, chrétiens et musulmans - Paris)





Transmis le Jan 14, 2011 - 12:14 AM Envoyez cette article à un ami Format imprimable
Religions et conflitsLes attentats du Nouvel An en Egypte, déclaration du Secrétaire général et du Modérateur de la WCRP (Religions for Peace)

10 janvier 2011
Tuer et blesser des chrétiens coptes à Alexandrie pendant qu’ils pratiquaient leur culte dans leur église la veille du Nouvel An était gravement coupable.
Le fait inconcevable d’avoir fait perdre la vie à des innocents par cet attentat barbare est totalement inacceptable.

Les membres de « Religions pour la Paix » — le plus vaste ensemble pluri-religieux du monde, qui se consacre exclusivement à promouvoir une coopération en vue de la paix fondée sur des principes élevés — offrent d’un seul cœur aux familles et aux communautés qui en ont été les victimes leurs plus sincères condoléances et les assurent de leur solidarité pleine d’affection.

Que cette violence à l’égard des chrétiens coptes ait eu pour but de les persécuter en leur qualité de groupe religieux la rend particulièrement méprisable. Cet attentat paraît aussi avoir été conçu en vue de provoquer peur et polarisation entre les deux principales communautés de croyants en Egypte et, plus généralement, dans tout le Moyen-Orient.

Des responsables musulmans du monde entier, y compris ceux qui ont un rôle directeur au sein de « Religions pour la Paix » ont été les premiers à rejeter fermement cet acte haineux. Dans le même sens se sont exprimés les responsables des autres grandes traditions religieuses du monde, hindous, bouddhistes, jains, sikhs, shintoïstes, taoïstes, zoroastriens, chrétiens, juifs, les bahaïs, les représentants des religions indigènes et d’autres encore.

Dans le respect de leurs différences de croyances, les tenants religieusement engagés des diverses traditions sont de plus en plous unis dans la conviction que la religion ne doit jamais être utilisée pour justifier la violence. Partout où les membres d’une minorité religieuse sont menacés, les responsables des religions du monde doivent assumer la responsabilité de les défendre et de les protéger.

Cette obligation vaut partout, quelle que soit la religion majoritaire. Il ne s’agit pas d’être unis dans les mêmes croyances, car les diverses traditions religieuses sont authentiquement différentes, Il s’agit plutôt d’être moralement unis à l’égard de la nécessité d’honorer et de protéger la dignité inviolable de chaque personne. Cette dignité humaine inviolable inclut, au sens le plus profond, la liberté pour tous d’agir à l’égard des croyances religieuses selon les normes de la conscience morale.

La persécution des chrétiens coptes en Egypte souligne le rôle critique des gouvernements dans la sécurité et la protection des minorités religieuses. « Religions pour la Paix » appelle tous les gouvernements du monde, y compris, en l’espèce, le gouvernement de l’Egypte, à redoubler d’efforts pour garantir la protection et l’intégralité des droits des minorités religieuses.

En dernière analyse, la situation présente exige plus de dialogue, de solidarité et de coopération concrète interreligieux hautement motivés. Il est réconfortant que les responsables religieux en Egypte se soient unis dans la condamnation de l’attentat récent. Il est réconfortant aussi que l’ancienne cité d’Alexandrie soit à l’avant-garde de la coopération pluri-religieuse.

A partir de juillet 2008, en partenariat avec la bibliothèque d’Alexandrie, « Religions pour la Paix » a entrepris la mise en place du Conseil de « Religions pour la Paix » pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient comme instrument de coopération pluri-religieuse dans toute cette région.

La voix qui se fait clairement entendre des responsables religieux travaillant ensemble sur la base de convictions morales partagées peut aider à conduire les communautés historiques de croyants au Moyen-Orient à une solidarité morale religieusement fondée en vue du bien commun. Il n’y a pas d’antidote plus puissant au terrorisme que la coopération pluri-religieuse, et pas d’impératif plus fort en vue d’une paix véritable avec justice et compassion.

A vous, en partenariat,
Dr. William F. Vendley
Secrétaire général

(le très Révérend) Leonid Kishkovsky
Modérateur


RELIGIONS FOR PEACE—the world’s largest and most representative multi-religious coalition—advances common action among the world’s religious communities for peace. Religions for Peace works to transform violent conflict, advance human development, promote just and harmonious societies, and protect the earth. The global Religions for Peace network comprises a World Council of senior religious leaders from all regions of the world; six regional inter-religious bodies and more than seventy national ones; and the Global Women of Faith Network and Global Youth Network.
777 United Nations Plaza | New York, NY 10017 USA | Tel: +1 212-687-2163 | Fax: +1 212-983-0098 | www.religionsforpeace.org


Transmis le Jan 13, 2011 - 11:49 PM Envoyez cette article à un ami Format imprimable
Médiation, réconciliationLettre de remerciements aux Israéliens qui se sont mobilisés pour nous aider.

Nous, la famille H. du village de .. , nous vous écrivons , aux Israéliens en général, au Centre médical Rabin et en particulier au Dr .., pour vous remercier de votre aide matérielle et spirituelle, dans notre combat pour sauver la vie de notre fille de 18 ans, qui avait un besoin urgent d'une transplantation d'un lobe du foie et d'un rein.

J'aimerais saisir cette occasion pour partager avec vous mes pensées sur les récents développements durant notre voyage commun vers la transplantation.

Premièrement, j'ai pensé que nos deux peuples, Israéliens et Palestiniens, avaient atteint un point où nous devons comprendre qu'il est temps pour nous de vivre en paix et en sécurité, et de renoncer à la violence, aux armes, au meurtre et aux façons de penser agressives et racistes.

J'aimerais dire simplement : nous sommes deux peuples vivant sur une seule terre et dépendant de ses dons pour faire pousser notre nourriture, boire son eau et respirer son air. Même si nous divergeons sur de nombreuses questions, il est une chose forte qui nous unit, et si forte que personne ne peut nier cela : Israéliens et Palestiniens sommes vraimentt les mêmes, nous sommes tous des humains.

Et j'aimerais aussi partager avec vous cette pensée : je pense que dans les deux communautés il y a vraiment beaucoup de gens qui rejettent le langage du canon, car ce langage ne peut aider, mais tuer.

Nous, le peuple, nous ne voulons pas voir parmi nous l'Israélien sous la forme d'un soldat armé répandant la frayeur dans nos rues et nos maisons. En même temps, nous, le peuple, nous opposons fermement à ce que notre jeunesse et nos enfants sortent pour se faire sauter au milieu de civils, dont certains proclament certainement "non à la violence !"

Nous, le peuple, qui souffrons tous les jours, nous ne voulons pas continuer à être des pions entre les mains de groupes corrompus qui nous contrôlent des deux côtés. Ils cherchent à mener à bien leur politique agressive et leurs intérêts personnels à nos dépens.

Et si ceci n'est pas assez convainquant, je voudrais crier aux groupes violents : pendant trop longtemps, vous avez parlé le langage du canon. Laissez nous tranquilles et permettez nous de parler un langage différent : le langage de la paix, le langage de la raison.

Nous avons déjà assez perdu. Nous avons une simple requête : nous voulons vivre et travailler en paix et en sécurité.

De nouveau, nos remerciements de tout coeur pour toute l'aide que vous nous avez apportée,

M.-H.,


Transmis le Juil 03, 2010 - 05:54 PM Envoyez cette article à un ami Format imprimable
Dialogue interreligieuxPar Patrice Obert :



Le dialogue inter religieux : un zoom sur ce qui se passe à Paris-Île de France



Comment faire un point sur le dialogue inter religieux en métropole parisienne en quelques mots et quelques clics ? Belle prétention…
Et pourtant, n’est ce pas nécessaire ? Comment ne pas se désoler que les médias soient si peu bavards sur une réalité positive, modeste, diverse, de terrain, et mettent si facilement en exergue les actes spectaculaires de la confrontation, du raidissement, de l’intolérance.

Ce panorama trop rapide, réducteur, incomplet apporte quelques éléments de réponse. Nos approches, nos façons de travailler, nos activités sont diverses et localisées. C’est la rançon de la rencontre et du dialogue, qui exigent de la discrétion, du contact personnalisé, de l’amitié forgée et consolidée dans le temps. Du coup, nous ne sommes pas perçus par les médias. En soi, cela n’est pas très grave. Sauf que par les temps actuels, dans ce climat d’intolérance croissante, alors que les moindres débats publics sont détournés, quand la géopolitique mondiale souligne les raidissements et les confrontations religieuses de par le monde, il devient un devoir de faire connaître le travail des artisans du dialogue, de la tolérance et de la paix.

Ce travail de recollement est un premier pas en ce sens. Il ne vise pas à décrire le contenu du dialogue inter religieux mais seulement à situer les acteurs que nous avons pu recenser en laissant à chaque lecteur curieux le soin de se reporter au site des différents organismes cités. Il est par principe à compléter et à exploiter.

Lançons nous…

Quelques données générales

On se référera d’abord à l’ouvrage de Anne-Sophie LAMINE La cohabitation des dieux (pluralité religieuse et laïcité) paru au PUF en 2004. Ouvrage remarquable, très complet dans lequel l’auteur décrit le mouvement inter religieux dans son histoire, en situe les acteurs, décrit les différentes expériences de dialogue, brosse quelques monographies et donne de la lisibilité en interrogeant les tensions qui constituent le tissu même de cette démarche.

On en lira une lecture critique dans le N° 129 de juin 2006 du Courrier de Jonas.

Sans doute des éléments ont-ils changé depuis 2004, mais on peut considérer que l’essentiel reste juste.

C’est ainsi qu’elle explique la création (p 21 et s) dès 1948, suite à la Shoah, de l’Amitié Judéo-Chrétienne, puis celle de la Fraternité d’Abraham, en 1967, dans le contexte de la guerre des six jours (p 32 et s), qu’elle signale la création du GRIC (groupe de recherche islamo-chrétien) dans les années 70, qu’elle consacre de longs développements (p 39 et s) à la création en 1970 à Kyoto de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix, désormais dénommée Religions for Peace, dont la section française (CMRP) a été créée en 1986.
Elle explique l’évolution des différents groupes de dialogue islamo-chrétien (p 43 et s) et la création en 1993 du GAIC (Groupe d’Amitié Islamo-Chrétienne) et d’Approches 92 en 1995 (p 52 et 150). Depuis, s’est créée l’Amitié judéo-musulmane à l’initiative du rabbin Michel SERFATY, dont le Bus de l’Amitié sillonne la France.


Comme elle le résume elle-même en page 104, ce dialogue a connu trois vagues :
De l’après-guerre jusqu’au concile Vatican II, avec le développement des relations judéo-chrétiennes.
Une seconde période, jusqu’à la fin des années 80, voit la prise en compte des musulmans
Depuis les années 90, on assiste à une multiplication des initiatives locales.

C’est dans ce contexte qu’on peut citer en France quelques expériences fortes avec Marseille Espérance, fondée en 1990 et dont elle retrace la genèse et le fonctionnement pages 84 et s, Roubaix- Espérance créée en 1998 et le centre civique d’études du fait religieux mis en place en 2003 à Montreuil.

Dans mon ouvrage Modernité et Monothéismes paru en 2006 un passage est consacré au dialogue entre les monothéismes.



En France, les Groupes relevant de Religions pour la Paix
La grande force de Religions pour la paix (ex CMRP), présidée par Ghaleb BEN CHEIKH, est de lier action internationale/action nationale/et action locale. Autant dire que Religions pour la Paix vaut d’abord par la qualité de son réseau de terrain. Chaque année, avant la réunion de l’Assemblée générale, les représentants des groupes affiliés et sympathisants se réunissent, sous l’animation de Jean-Pierre MARTIN, pour un échange. Le Compte-rendu en est publié sur le site de Religions pour la Paix. N’hésitez pas à vous y référer. Vous y découvrirez ainsi ce qui se passe à :


LISTE DES GROUPES AFFILIES :



- AIGUEBELLE - MONTELIMAR : Abbaye d'AIGUEBELLE


- AMIENS : Exposition Biblique de Picardie


- ANGERS


- ANGOULEME : Centre de rencontres interreligieuses pour la Paix – Doumérac


- AVIGNON : DIRE, dialogue interreligieux


- BAYONNE : Association Inter Religieuse (A.I.R.) - Côte Basque


- BIOT - SOPHIA-ANTIPOLIS – VALBONNE.


- CERGY, "Souffle et chemins", groupe de dialogue interreligieux.


- DIJON, Groupe interreligieux


- GRENOBLE, Groupe interreligieux de prière


- LA ROCHE SUR YON, Association Dialogue pour la Paix- Pays Yonnais


- LE MANS, Les Amis de La Paix.


- LILLE -Groupe interreligieux


- LUCHON SAINT-GAUDENS


- MARSEILLE-ESPERANCE


- MELUN : BIBLE et RENCONTRES


- NANTES - Tibhirine


- NIMES : Pluralie - Rencontres Inter-Religieuses


- ORANGE – Collectif Inter-religieux


- PARIS ILE-DE-FRANCE - Collectif interreligieux multilatéral pour la Paix ( CIMP)


- PARIS, La Fontaine aux Religions


- PARIS, Comité interreligieux de la famille franciscaine.


- PARIS XV : Coexister.


- LE RAMEAU D'OLIVIER : Choeur interreligieux pour la Paix.


- ROUEN : Association culturelle religieuse intercommunautaire pour la Paix


- SAINT-DENIS : Groupe Interreligieux pour la Paix - 93 ( GIP 93)


- TOULON - Var Espérance


- YVELINES : Groupe Interreligieux pour la Paix-78 (G.I.P. 78)



Cette liste comprend des groupes situés à Paris Ile de France sur lesquels nous reviendrons ci-dessous plus en détail.

C’est là, dans cette multitude d’initiatives, que la rencontre interreligieuse a lieu et que le dialogue prend corps.

C’est également au sein de la CMRP que s’est mis en place le Réseau des femmes de foi animé par Méhrézia LABIDI-MAÏZA.



Et en région parisienne ?


Comme dans d’autres domaines, la situation parisienne est marquée par la présence des organismes nationaux, que ce soit l’Amitié Judéo-Chrétienne de France, la Fraternité d’Abraham, l’Amitié judéo-musulmanne, ou le Groupe d’Amitié Islamo-Chrétienne. Leur présence sur ce territoire est un avantage, puisque les habitants de la région peuvent participer à leurs activités, même si leurs animations ne s’enracinent pas de la même manière dans le terreau local que celles portées par des groupes locaux en Province.

Ceci explique la situation dans les départements voisins de Paris et la particularité parisienne.

On peut préciser que le GAIC est l’initiateur et coordonne la Semaine de Rencontres Islamo-chrétiennes (SERIC) qui a lieu chaque année en novembre (du 18 au 28 novembre pour 2010). Il organise également depuis trois ans un pèlerinage-visitation à Chartres pour Marie. Des ateliers (« Vivre les textes », « Itinéraires spirituels » « Israël-Palestine ») fonctionnent durant l’année. Parmi ses groupes locaux en Ile de France, celui de Chatenay-Malabry est particulièrement actif.


Des Groupes affiliés à Religions pour la Paix dans plusieurs départements de la région Ile de France : C’est ainsi qu’on trouve :
Le GIP 78 (Groupe inter religieux pour la Paix dans les Yvelines) qui s’appuie sur plusieurs sections (à Versailles, Saint Quentin en Yvelines, Saint Germain en Laye, au Pecq) et mène, sous l’impulsion de Philippe ATTEY, parmi d’autres activités, une remarquable activité de présence dans les lycées privés et publics, notamment dans les classes de terminales.
L’association Souffle et Chemins à Cergy Pontoise, animée par Denise TORGEMANE. Leur conviction est « Nous croyons qu’il y a un seul Souffle et nous constatons qu’il y a plusieurs chemins ».
Le GIP 93 (Groupe inter religieux pour la Paix Seine Saint Denis), bien implanté à Aubervilliers et Saint Denis et fonctionnant en réseau sous l’impulsion de Denise MONTBAILLY et de Philippe LECLERCQ1,
Le Collectif interreligieux multilatéral pour la paix (CIMP), association animée par le Père Higoumène BARSANUPHE, par ailleurs vice-président de la CMRP et fondateur du Centre de rencontres interreligieuses pour la paix près d’Angoulême. Le CIMP s’associe efficacement aux activités proposées par les autres acteurs du dialogue en région parisienne.
L’association CO-EXISTER a été fondée il y a deux ans environ autour de Samuel GRZYBOWSKI par de jeunes animateurs, qui ont organisé l’an dernier un don du sang inter religieux (Ensemble à sang %) et viennent de diffuser le 2ème Cycle du KIF de Coexister – un programme kulturel inter religieux et fraternel, à base de rencontres autour de trois activités pivots : une expo/culture ; un théocafé ; la découverte d’un rite. Cette organisation associe des jeunes de plusieurs paroisses, d’Adath Shalom et de la mosquée de la rue de Javel.

D’autres initiatives, non affiliées à Religions pour la Paix, sont très actives :
L’association Mes-Tissages, implantée dans une cité, permet des rencontres permanentes autour du tissage et différents arts de faire ; elle propose des instruments de réflexion interreligieuse, en particulier des cahiers trimestriels. Avec Ennour ( http://www.mosquee-gennevilliers.com, qui désigne le mouvement de concertation qui a réuni toutes les associations musulmanes de Gennevilliers dans le projet de construction d’un lieu de culte commun), elle mûrit, sous l’impulsion de Michel Jondot, ancien secrétaire général d’Approches 92 et co-fondateur du GAIC, un projet interculturel : La Maison islamo Chrétienne. Christine FONTAINE y anime un atelier de tissage (Mes-Tissages) fondé en 2000, avec des femmes de la cité. L’association organise des conférences depuis 1987 et diffuse largement un journal trimestriel.

L’Association Horizon-Espoir-Solidarité, créée en 2001 ( p 55 et 155 du livre d’A-S LAMINE) dans le Val de Marne a pour objectif de « développer le dialogue, l’échange et la tolérance entre les diverses composantes communautaires ou religieuses de la cité… ».
Elle organise notamment chaque année un repas intercommunautaire, des conférences-débats, des représentations théâtrales.

Bible à Neuilly, www.bibleaneuilly.com, animée par Pierre JUSTON, maintient un lien permanent entre les communautés chrétienne et juive de Neuilly et favorise des initiatives communes inspirées de la Bible.

Il existe sans doute d’autres initiatives. Que celles et ceux qui les animent ou les connaissent nous les signalent.

Et à Paris ?
Sans qu’il y ait de raisons valables, on ne peut que constater l’absence d’un Groupe Parisien de dialogue inter religieux pour la Paix. De là où nous sommes, nous pouvons juste signaler des initiatives que nous connaissons, sachant, une fois encore, que de nombreuses personnes participent aux activités proposées par les associations nationales de dialogue.

Dans l’ouest de Paris, un groupe inter religieux informel s’est constitué il y a quelques années autour de la paroisse Saint Léon et de l’inlassable et discrète activité de Claude BEUNARDEAU, en liaison avec la Communauté Adath Shalom animée par le rabbin Ryvon KRIGIER. Chaque année, une Conférence annuelle est organisée. Se réunissant désormais chaque année dans un lieu de culte différent, elle joint débats et moments conviviaux autour de musiques des différentes traditions. Claude BEUNARDEAU est également un des responsables des activités inter religieuses de l’abbaye de Saint Jacut de la Mer, en Bretagne. Nombreux sont les acteurs parisiens du dialogue inter religieux qui s’y sont un jour rencontrés ou retrouvés.

Dans le centre, la Fraternité Monastique de Jérusalem, dont le prieur est le père Pierre-Marie DELFIEUX, est un point de repère, moins sans doute par son action locale que par les week-ends judéo-islamo-chrétiens qu’elle a organisés durant des années dans sa maison d’accueil de Magdala en Sologne. Comme pour Saint Jacut, Magdala a scellé nombre de rencontres et d’amitiés inter religieuses.

Il convient de citer également la Communauté San’ Egidio, animée par Valérie REGNIER, tournée en priorité vers les SDF du quartier, mais ouverte aux différentes formes du dialogue inter religieux.

Dans le sud de Paris, autour de la paroisse Saint Albert le Grand et de la Maison Fraternelle, le groupe Aux quatre vents des religions, créé par Hélène MILLET, organise chaque année depuis bientôt 10 ans, trois rencontres au cours desquelles un intervenant de chaque tradition monothéiste prend la parole sur un thème déterminé, relatif à la paix.

Plus à l’est, La fontaine aux religions regroupe des paroissiens de plusieurs paroisses (Saint Ambroise et son Groupe de Dialogue, animé par René COULON et Josiane PERRONET ; Sainte Marguerite, Saint Joseph des Nations, Notre Dame des Otages, Notre Dame de la Croix de Ménilmontant), une présence musulmane, ainsi que des membres de la communauté protestante du centre social du Picoulet, dirigée par la pasteur Diane BARRAUD. La Fontaine aux religions organise chaque année, depuis 5 ans, LE TOUR DU MONDE dans l’est parisien, Marche interreligieuse qui se déroule sur l’espace public.

Toujours à l’est, il faut aussi citer la Maison verte, de la Mission Populaire Evangélique de France, comme le Picoulet, ouverte au dialogue inter religieux sous l’impulsion de Stéphane LAVIGNOTTE, la mosquée Adda’wa, avec le recteur Larbi KECHAT, dont le centre socio-culturel organise en 2010 sa 12ème année de séminaires ouverts à tous publics.

Plusieurs associations ont un rayonnement sur l’ensemble de Paris :
CARREFOUR DES MONDES ET DES CUTURES coordonnée par Marc LEBRET, soutient des projets israëlo-palestiniens (maison d’artiste à Jérusalem, collège doctoral, texte sur le conflit…) et relaie les différents événements inter culturels à Paris, que ce soit sur le plan laïc ou inter religieux. Elle est à l’origine, avec La fontaine aux religions, du texte « La laïcité et les religions font partie de l’identité française », en cours de signature et destiné à souligner la difficulté dans notre pays de reconnaître la dimension religieuse comme dimension à part entière de l’identité française.

les Bâtisseuses de paix est la première association à avoir dès 2002 regroupé des femmes juives et musulmanes autour de projets communs afin de mettre un terme aux flambées de violence, notamment anti-juives, rapportées par la presse comme un transfert du conflit du Moyen-Orient en France. Elle organise des diffusions du film sur la résistance de la mosquée de Paris et poursuit sa recherche d’archives en ce sens. Elle organise des dîners-débats et des activités « culture en partage » ainsi que des « ateliers pâtisserie » qui sont le support d’activités communes afin de favoriser le Vivre ensemble.

Le Comité inter religieux de la famille franciscaine, affilié à la CMRP et mené par Josette GAZZANIGA, participe à de nombreuses activités et pilote notamment une chorale inter religieuse à laquelle participe le rabbin Gabriel HAGAÏ

l’association CIEUX, présidée par Alexandre VIGNE, développe une démarche originale à partir des Droits de l’Homme et favorise les échanges entre communautés religieuses et laïque, qui s’invitent les unes chez les autres. Partie du 11ème arrondissement, l’association a créé de nouveaux Cieux dans les 10è, 18è, 19è et 20ème arrondissement, ainsi qu’en banlieue (Puteaux, Neuilly, Courbevoie, Drancy) et en province.

Les Artisans de Paix animée par Paula KASPARIAN, qui, depuis 1997, déploie une activité qui allie conférences, travaux interscripturaires et prière.

Le Forum 104, noté par Anne Sophie LAMINE en page 67 de son ouvrage, lieu des pères maristes, est orienté vers le bouddhisme et les « nouvelles spiritualités ».

L’association PLATEFORME, créée par de jeunes franco-turcs, promeut le dialogue et la coopération entre cultures et religions et a une approche plus culturelle..

*

Sans doute d’autres acteurs existent, soit individuels et se regroupant sur une base amicale pour échanger, partager, confronter, soit de façon collective, mais sans publicité tapageuse, soit encore pour s’interroger sur ce phénomène dans le contexte très particulier de la laïcité française (je pense notamment aux réflexions de l’association ALETHE, présidée par Hubert FAËS, auxquelles participe activement Jean LAVERGNAT. ALETHE, Association libre d'études théologiques, dont les recherches se développent actuellement notamment sur l’axe des relations interreligieuses). Il faudrait encore citer l’Association des Ecrivains Croyants d’expression Française (AECEF), dont le nouveau président Christophe HENNING souhaite relancer la dimension de dialogue entre écrivains des trois monothéismes http://www.ecrivainscroyants.fr .

Là encore, que celles et ceux qui ont connaissance d’initiatives intéressantes, n’hésitent pas à nous les communiquer. Nous avons besoin de savoir, de témoigner et de faire savoir. Que celles et ceux qui ont été omis veuillent bien me pardonner ces oublis.

Avec quelques amis parisiens, il y a quelques années, partant du constat que nous avions du mal à nous identifier, à connaître nos activités, à communiquer, a fortiori à entreprendre des projets ensemble, nous avions lancé l’idée de réfléchir à quelques initiatives afin de :
Nous informer mutuellement de nos activités
Participer aux initiatives prises par les autres
Constituer un réseau vivant
Décider ensemble d’actions communes
Et porter éventuellement une parole commune quand les circonstances l’exigent.

Ce projet reste à l’état de projet. Religions pour la Paix, qui dispose d’un réseau solide, de nombreux contacts, d’un site vivant et riche, serait volontiers prêt à nous aider le cas échéant. Si toutefois il devait voir le jour, ce projet serait sans doute à monter désormais à l’échelle de Paris et de la région Île de France, afin que le Grand Paris qui peu à peu s’édifie ne soit pas seulement celui de l’attractivité internationale et celui de la solidarité sociale, mais soit aussi celui du dialogue entre les femmes et les hommes de foi.


Patrice Obert
Président de La fontaine aux religions


@ : patrice.obert@orange.fr

Transmis le Mai 29, 2010 - 11:15 PM Envoyez cette article à un ami Format imprimable
Vivre ensemble
                    

FEVRIER 2010




Mardi 2 février 2010 - Fête chrétienne : Présentation au Temple, le 15 janvier en calendrier julien.
Fête orthodoxe et catholique de la présentation de Jésus au Temple de Jérusalen et de la purification de la Vierge.
Pour les orthodoxes, cette fête s'appelle aussi Sainte Rencontre.


Mardi 9 février 2010 - Fête catholique orientale : Saint Marron.
Fête en l'honneur du fondateur de la religion maronite qui est l'une des branches des Églises orientales catholiques.


Vendredi 12 février 2010- Fête hindoue : Mahashivaratri.
Fête du dieu Shiva, l'une des principales divinités auxquelles les hindous adressent leur dévotion.
La danse cosmique de ce dieu crée, protège, détruit et recrée le monde. Les fidèles jeûnent durant la journée et, la nuit, ils veillent dans les temples dédiés au dieu.


Dimanche 14 février 2010 - Fête bouddhique : Losar.
Nouvel An tibétain. Il coïncide avec le premier jour de la nouvelle année lunaire. C'est l'une des deux fêtes les plus importantes au Tibet. À cette occasion, on organise des festivités pendant une quinzaine de jours.


Dimanche 14 février 2010 - Nouvel an : Chun Jie, fête chinoise, Têt, fête vietnamienne.
Fête en l'honneur des morts, annonciatrice du printemps.
En 2010, l'année chinoise est placée sous le signe du Tigre.


Lundi 15 février 2010 - Fête orthodoxe. : Le Grand Jeûne.
Pour les Églises orientales, ce Grand Carême est observé pendant les six dernières semaines de la période de dix semaines menant à la Semaine sainte et à la Pascha ou Pâques orthodoxe, .


Lundi 15 février 2010 - Fête bouddhique : Parinirvana.
Fête mahayana du départ du Bouddha pour le nirvana complet.


Mercredi 17 février 2010 - Fête chrétienne : Mercredi des cendres.
Pour les catholiques, mercredi des Cendres, jour de repentir, de jeûne et d'abstinence. Marque le début du Carême, qui dure 40 jours (sans les dimanches) et s'achève à Pâques (4 avril). Son nom vient de la cérémonie qui consiste à tracer une croix avec des cendres sur le front des fidèles. C'est un temps de prière et de partage. D'autres fidèles de religions chrétiennes observent ce temps de jeûne.


Dimanche 21 février 2010 - Fête chrétienne : 1er dimanche de Carême.
Pour les Orthodoxes : Dimanche de l'Orthodoxie.
Pour les Catholiques : 1er dimanche des 40 jours de Carême.


Vendredi 26 février 2010 - Fête musulmane : Mawlid an Nabi.
Mawlid al-Nabi. marque l’anniversaire de naissance du Prophète Mohamed le 20 août 570 de l’ère Chrétienne. Cette fête a été créée plusieurs siècles après sa mort et elle a été officialisée en 691 de l'hégire ou en 1292 de l'ère chrétienne. Des cérémonies commémoratives ont lieu dans les mosquées. Elles rappellent la vie et les enseignements du Prophète. C'est une occasion de réjouissances intenses particulièrement pour les enfants. On allume des bougies et on prépare des gâteaux et des plats spéciaux.


Dimanche 28 février 2010 - Fête hindoue : Holi.
Ce carnaval du printemps est la fête la plus gaie de toutes les fêtes hindoues. Des gens de tous les âges s’amusent à se lancer de la poudre et de l'eau colorée. On y échange des vœux et des sucreries.


Dimanche 28 février 2010 - Fête bouddhique : Magha Puja
Le Magha Puja commémore le Grand Rassemblement de Bouddha et de ses 1250 disciples durant lequel il leur a fait sa prédiction et leur a donné un aperçu de son enseignement. Dans la tradition bouddhique thaïlandaise, en Thaïlande, au Laos et au Cambodge, la fête de Magha Puja est celle de la Toussaint ou jour du Dharma. Elle rappelle la règle des moines.


Dimanche 28 février 2010 - Fête juive : Pourim.
Célébrée à la fin de l’hiver, Pourim ou Fête des sorts commémore le salut de la communauté juive tel qu’il est décrit dans le Livre d’Esther . fête joyeuse inspirée par l'atmosphère de jubilation du peuple d'Israël au moment de l'exaucement de la prière d'Esther pour son père Modekhaï et de la victoire sur Haman, l'ennemi du peuple de Dieu.

N'hésitez pas à nous communiquer des renseignements sur vos fêtes religieuses.

Photo de Jean-Pierre MARTIN.

Transmis le Fév 01, 2010 - 12:54 AM Envoyez cette article à un ami Format imprimable
Vivre ensembleLettre reçue d'Haïti

Chers amis,

Je reviens de faire un tour au centre ville de Port au Prince. Ce que l’on peut voir est inimaginable : des foules, des milliers de personnes errant dans les rues allant on ne sait où avec un petit baluchon. Des cadavres en décomposition partout, isolés ou en tas. Maintenant, ils sont recouverts mais on en a encore vu dans les décombres juste au bord de la route. Cet après-midi, j’ai vu quelque chose d’insupportable : une benne à ordures remplie de cadavres en décomposition. Je dis bien une benne à ordures. Insoutenable ! Il règne dans de nombreux quartiers une odeur de décomposition très forte. Les épidémies vont arriver. Les gens ont transformé toutes les places publiques en terrain de camping, certains ont une petite toile pour les abriter, d’autres n’ont rien.

L’Etat a totalement disparu qu’il s’agisse du ramassage des cadavres ou pour donner à manger à ces gens qui ont tout perdu. L’ONU n’est pas plus présente, on a l’impression qu’elle a mis toutes ses forces pour retrouver des survivants dans leur quartier général qui s’est effondré. Mais on ne la voit pas ailleurs. Des hommes avec des pics, des pelles essaient de percer des passages sous les dalles, beaucoup d’entraide, beaucoup de calme mais les gens sont seuls, livrés à eux-mêmes. Tous ceux qui le peuvent regagnent leur province d’origine. Les autobus habituellement surchargés sont pris d’assaut. Si vous avez 70 personnes à l’intérieur, vous en avez autant dehors. Tous les marchés sont fermés, des pénuries sont à craindre assez rapidement. On parle de secours étrangers, on les attend, mais ils ne sont pas encore là et cela va faire deux jours que la catastrophe est arrivée. C’est apocalyptique !

Tous les symboles de l’Etat et de l’Eglise sont par terre. Le Palais national s’est affaissé, la DGI (direction générale des impôts) qui joue ici un rôle capital n’est plus qu’un amas de gravas. Le Palais de Justice, le Ministère de l’Intérieur, le Ministère de l’Education nationale, des affaires étrangères, de la Condition féminine, de l’environnement, la Mairie de Port au Prince, le Palais législatif. Seul a tenu le siège du Premier ministre, sa cour est devenu un camp de réfugiés, de sinistrés. Pour l’Eglise ce n’est pas mieux. Son archevêque a été tué dans l’effondrement de l’évêché, il ne reste pratiquement rien de la cathédrale. L’église du Sacré-Cœur, St Louis roi de France en ruines. La Villa Manrèse bien connue de tous les visiteurs en Haïti inutilisable. Quatre personnes y ont trouvé la mort dont Mme Cécile, une française qui travaillait pour l’éducation catholique. Le collège Canado-Haïtien, St Jean l’Evangéliste, St Louis de Gonzague, rue du Centre en ruines (une centaine d’enfants ensevelis). La cathédrale épiscopalienne est dans le même état que sa jumelle catholique. Mariani (Filles de la Sagesse en ruines, six sœurs tuées). Le séminaire et le CIFOR en ruines. Ce soir j’ai transporté les affaires des sœurs de St Paul de Chartres de Delmas 33, leur collège s’est effondré, leur maison provinciale est inhabitable. Elles craignent les pillages qui ont déjà commencé. Quand on voit tout cela, on a mal quand on pense à tous les efforts qu’il a fallu faire pour construire ces édifices.

Plus près de chez nous à Pétion-Ville, ce sont les Frères de l’Instruction chrétienne qui ont le plus souffert : leur maison provinciale s’est effondrée sur les trois frères qui s’y trouvaient : un n’a pas encore été retrouvé, l’autre a pu être retiré après une nuit de souffrances, il est décédé peu après (F. Joseph), le troisième est très gravement blessé, mais il n’y pas un hôpital qui fonctionne. Si rien n’est fait pour son pied écrasé, il aura du mal à survivre. Leurs voisines, les Sœurs de la Charité de Ste Hyacinthe sont totalement sinistrées. Nous en hébergeons 9 chez nous en ce moment.

Ceux qui connaissent Port au Prince s’y retrouveront, pour les autres, cela donne une ampleur des dégâts. Les gens semblent hagards, perdus. On les sent même passifs. Demain quand la colère grondera, ce ne sera pas facile à gérer. Mais pour moi tout ce que je vous ai raconté est littéralement insoutenable. On est désarmé. Bientôt nous allons manquer de tout. Comme tous les magasins, les banques sont fermés, viendra un jour où on n’aura plus rien. Pour le moment, on essaie de partager le peu que l’on a. Mais quand nous n’aurons plus rien à partager, quand nous n’aurons plus de carburant pour notre groupe électrogène… que ferons-nous ? Et la terre continue à trembler.

Certains m’ont demandé comment faire parvenir l’aide. Le mieux serait d’envoyer vos dons à EDDE (Education et développement) 78A, rue de Sèvres 75341 PARIS CEDEX 07. On verra avec eux pour l’envoi de l’argent en Haïti, mais dès que je saurai qu’il y a des dons, je leur demanderai de m’avertir pour que l’on puisse débloquer l’argent ici pour tous ces gens qui ont envahi les terrains des maisons religieuses.

Nous, les Frères, dans tout cela nous apparaissons comme des privilégiés. Des dégâts mineurs. Mais nous ne pouvons plus vivre comme avant. Le noviciat est comme en congé tellement nous sommes retournés, incapables de penser à autre chose qu’à ce cataclysme.

N’oubliez pas Haïti !

Bernard Collignon, Frère des Ecoles Chrétiennes.
Lettre reçue du Groupe de dialogue interreligieux de Gap

Transmis le Jan 17, 2010 - 12:30 AM Envoyez cette article à un ami Format imprimable
Dialogue interreligieuxDécès du Père Jean-Yves Calvez

Nous avons appris avec une grande tristesse la mort brutale du P. Jean-Yves Calvez le 11 Janvier 2010.
En dehors des responsabilités spirituelles qu'il avait exercées au niveau mondial dans la Compagnie de Jésus, le P. Calvez s'intéressait particulièrement au dialogue des religions.
Chaque année depuis 14 ans, il est intervenu au colloque interreligieux de l'Abbaye de Saint-Jacut auquel participent notre Président Ghaleb Bencheikh et notre Administrateur Méhrézia Labidi.



Transmis le Jan 17, 2010 - 12:02 AM Envoyez cette article à un ami Format imprimable
Religions et conflits

LES BAHA’IS DE FRANCE

Communiqué



Les sept administrateurs bahá’ís en Iran accusés d'être des «propagateurs de la corruption sur Terre»





Paris, 13 mai 2009 – Ils sont sept, cinq hommes et deux femmes. Leur détention provisoire dure depuis un an, en Iran. Leur seul tort : ils sont bahá'ís, fidèles d'une religion persécutée dans le pays. Aucune charge officielle ne leur a été signifiée mais la presse rapporte que le Parquet de Téhéran les accuse d'«espionnage au profit d'Israël». Il y a quelques jours, les services pénitentiaires ont rapporté à leurs familles l'accusation supplémentaire de «propagation de la corruption sur Terre». Les sept attendent leur procès. Leur avocate,: le Prix Nobel de la paix Shirin Ebadi, n'a pas pu les rencontrer, ni avoir accès à leur dossier.



Elles s'appellent Fariba Kamalabadi et Mahvash Sabet. Ils s'appellent Jamaloddin Khanjani, Afif Naïmi, Saïd Rezaï, Behrouz Tavakkoli et Vahid Tizfahm. Le plus jeune a 37 ans, le plus âgé, 76. Ils sont psychologue, enseignante, industriels, ingénieur agricole, travailleur social et optométriste, tous Iraniens, de Téhéran. Six ont été arrêtés le 14 mai 2008 à l'aube, à leur domicile, la septième quelques mois plus tôt lors d'un séjour à Mashhad. Leurs crimes? Officiellement, aucun. Mais l'Agence de presse des étudiants ISNA, citant le Procureur général adjoint de Téhéran, accuse ces hommes et ces femmes d'«insulte au caractère sacré d'une religion», d'«espionnage pour Israël», de «propagande contre la République islamique». Depuis quelques jours, l'accusation supplémentaire de «propagation de la corruption sur Terre» a été transmise aux familles des détenus par l'administration pénitentiaire. Elle pourrait être comique si elle n'était glaçante : elle est passible de la peine de mort. Ils sont bien sûr innocents.



On les accuse également d'«appartenance à l'organisation illégale bahá'íe ». De fait, ces sept personnes sont les administrateurs de la communauté bahá'íe d'Iran, persécutée depuis l'avènement de la République islamique. Ils sont tous les sept connus des autorités et n'ont jamais caché leurs activités : jusqu'à leur arrestation, ils étaient les intermédiaires entre les bahá'ís et l'Etat iranien pour tenter d'adoucir le sort de leurs correligionaires persécutés. On les appelait les «yaran», les «amis», en persan.



Il y a un an, leur arrestation, puis leur détention arbitraire, avaient provoqué une vague d'indignation internationale. En février, l’annonce de l’imminence de leur procès avait de nouveau soulevé les plus vives inquiétudes. Pour Amnesty International, les sept «yaran» sont des «prisonniers de conscience».



A la veille de l’anniversaire de leur emprisonnement, ils se sont vus accusés de propager «la corruption sur Terre», et l'inquiétude redouble. Passible de la peine de mort selon le code pénal de la République islamique d’Iran, ce chef d'accusation a été utilisé à l’encontre des bahá'ís d’Iran dans les années qui ont suivi la révolution. Il avait justifié l’exécution de plus de 200 baha’is, dont deux mineurs de 15 et 16 ans.



Le président Mahmoud Ahmadinejad a prononcé un discours à la tribune des Nations Unies lors de la conférence Durban II, où il soulignait l’importance de «la justice et de la dignité humaine» et de «l’établissement d’un système mondial juste». Les bahá'ís le prennent au mot, et demandent un procès équitable. Cela implique, entre autres, que Me Shirin Ebadi, qui a accepté d'être l'avocate des «yaran» à la demande de la Fédération internationale des droits de l'homme, ainsi que ses collègues avocats du Centre des droits de l'homme récemment fermé par les autorités, puissent enfin rencontrer leurs clients et préparer leur défense. Il faut aussi que le procès soit public, en présence d'observateurs internationaux.



Les 300 000 bahá'ís d'Iran constituent la minorité religieuse la plus importante du pays. Considérés comme des «infidèles non protégés», privés d'accès à l'université, à la fonction publique, souvent privés de leurs droits à la retraite, de lieu de sépulture, empêchés de contracter des prêts et licenciés de leur entreprise au seul motif qu'ils sont bahá'ís, ils ne sont pas reconnus par la Constitution de la République islamique. Outre les sept «yaran», une cinquantaine de bahá'ís sont détenus en Iran.



www.amnesty.org



Contact : Brenda Abrar +33 6 14 81 73 98

Silène Almeras-Martino +33 6 23 16 70 82

Transmis le Mai 14, 2009 - 11:13 PM Envoyez cette article à un ami Format imprimable
Vivre ensembleUne coalition se forme pour promouvoir une décennie de coopération interreligieuse pour la paix auprès de l'ONU

Texte original en anglais ci-dessous.

Les membres de la coalition ont exprimé l'espoir que la soixante-quatrième session de l'Assemblée générale des Nations Unies, qui débutera ses délibérations en septembre 2009, approuverait une résolution fixant cette décennie pour la période 2011-2020.

Lors d'une rencontre à Maryknoll, New York, du 2 au 4 mars, environ 45 organisations de cinq continents - religieuses, interreligieuses et de défense des valeurs - ont formé une coalition afin de promouvoir la proclamation d'une décennie des Nations Unies pour le dialogue, l'entente et la coopération entre les religions et les cultures au service de la paix, qui pourrait être lancée le 21 septembre 2010.
. Parmi les participants se trouvaient des représentants des traditions bahá'ie, bouddhiste, chrétienne, hindoue, juive, musulmane, shinto, sikh et zoroastrienne, et de religions autochtones.

Un comité directeur provisoire a fait la promotion de la Décennie auprès des Etats membres des Nations Unies au cours de l'année 2008. L'Assemblée générale des Nations Unies a franchi une première étape le 14 novembre 2008 en adoptant la résolution 63/22, qui appelle à la réalisation d'une étude de faisabilité de cette décennie. La résolution a été appuyée par 78 Etats.

Le président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Miguel d'Escoto Brockmann, a réitéré ses appels en faveur d'un "nouvel esprit de solidarité et de l'injection d'une bonne dose de valeurs morales et éthiques dans notre vie commerciale et politique." Il a exhorté les leaders religieux à collaborer avec les Nations Unies, car ces préoccupations exigent "un engagement de toute une vie" et les institutions religieuses disposent de la "résistance nécessaire face à ces défis."

La coalition a élu un Comité directeur - constitué d'agences interreligieuses, d'organisations représentant des communautés religieuses et d'organisations de la société civile pour la défense des valeurs - afin de promouvoir de façon stratégique l'idée de la décennie auprès des Etats membres des Nations Unies.

Une chance d'oeuvrer pour la paix

Stein Villumstad, secrétaire général adjoint de la Conférence Mondiale des Religions pour la paix, la plus grande et la plus représentative des organisations multireligieuses, présidera le Comité directeur de la coalition. "Pour les traditions religieuses, si facilement détournées à des fins de destruction, il s'agit d'une chance unique de travailler avec les Nations Unies et de mobiliser leurs communautés et organisations en commun pour mener des actions urgentes et sérieuses pour la paix", a-t-il déclaré. "Le temps et l'espace que crée la décennie devraient permettre le changement pour les populations pauvres, marginalisées et opprimées dans le monde."

Le Conseil oecuménique des Eglises (COE) - qui a accueilli la première réunion de cette coalition à Bossey, Suisse, en janvier 2008 - continue de promouvoir cette initiative, a déclaré Shanta Premawardhana, directeur du programme du COE pour la coopération et le dialogue interreligieux. "Nos Eglises, à travers la Commission des Eglises sur les affaires internationales (CEAI), ont une longue tradition de collaboration avec l'ONU et ses agences sur divers projets contribuant à une paix durable", a-t-il déclaré.

Le prochain rassemblement de la coalition se fera dans le cadre de la réunion du Parlement des religions du monde à Melbourne, en Australie, en décembre 2009. Dirk Ficca, directeur exécutif du Parlement, lui-même membre du Comité directeur, a salué l'initiative.

Les membres de la coalition espèrent que la Décennie de l'ONU sera lancée le 21 septembre 2010, à l'occasion de la Journée internationale de la paix. Elle ferait immédiatement suite à l'actuelle Décennie internationale de la promotion d'une culture de la non-violence et de la paix au profit des enfants du monde, 2001-2010, et à l'Année du rapprochement des cultures, en 2010.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Faith and Values Organizations Form Coalition
to Advance United Nations Decade for Inter-religious Cooperation for Peace


( NEW YORK , 13 March 2009)—Religions for Peace, the world’s largest and most representative multi-religious coalition, was among the 45 religious, interfaith, and value-based organizations from five continents that agreed to form a coalition to advance a “United Nations Decade for Inter-religious and Intercultural Dialogue, Understanding, and Cooperation for Peace.” Coalition members expressed the hope that the UN Sixty-Fourth General Assembly, which will begin its deliberations in September 2009, will approve a resolution establishing such a decade from 2011–2020.
The meeting took place at Maryknoll , New York , on 2–4 March. Participants included Baha’i, Buddhist, Christian, Hindu, Jewish, Muslim, Shinto, Sikh, Zoroastrian as well as indigenous traditions.
A provisional steering committee worked for the Decade with UN member states during 2008; the UN General Assembly on 14 November, 2008, took the first step by adopting resolution 63/22 which calls for exploring the feasibility for such a decade. The resolution was co-sponsored by 78 states.
On Monday, the President of the UN General Assembly, H.E. Miguel D’Escoto Brockmann, reiterated his previous calls for a “new spirit of solidarity and a powerful injection of moral and ethical values” into our effort to confront current challenges. He urged the religious leaders to work together with the United Nations since these concerns require “life-long commitment” and religious institutions have the “staying power in the face of these challenges.”

The coalition elected a steering committee—composed of organizations representing religious communities, interfaith and value-based civil society organizations—to strategically promote the decade idea among member states of the UN.
Mr. Stein Villumstad, Deputy Secretary General of Religions for Peace, will chair the coalition steering committee. “This is a unique opportunity for religious traditions, so easily hijacked for destructive purposes, to work with the United Nations and jointly mobilize their communities and organizations for urgent and compelling actions for peace,” he said. “Time and space created by the decade should make a difference for the poor, marginalized, and oppressed peoples of the world.”
The World Council of Churches—host of the initial gathering of this coalition in Bossey , Switzerland , in January 2008—continues to promote this initiative, said Mr. Shanta Premawardhana, its director for interreligious dialogue and cooperation. “Our churches, through our Churches Commission on International Affairs (CCIA) have a long history of working with the UN and its agencies on a variety of projects that contribute to sustainable peace,” he said.
The coalition will meet next in the context of the Parliament of the World’s Religions in Melbourne , Australia , in December 2009. Mr. Dirk Ficca, the Executive Director of the Parliament, himself a member of the steering committee welcomed the initiative.
Coalition members hope the proposed UN Decade will be launched on 21 September 2010, the International Day of Peace. This would immediately follow the current 2001–2010 International Decade for a Culture of Peace and Non-violence for the Children of the World and the 2010 International Year for the Rapprochement of Cultures.

Religions for Peace is the world’s largest and most representative multi-religious coalition advancing common action for peace since 1970. Headquartered in New York and accredited to the United Nations, Religions for Peace works through affiliated inter-religious councils in 70 countries in six continents.



Transmis le Mar 13, 2009 - 06:29 PM Envoyez cette article à un ami Format imprimable
Religions et conflitsLES BAHA'IS DE FRANCE
Communiqué

Iran :
Le procureur général de l'Iran affirme qu'ils seraient passés aux aveux

L'inquiétude redouble pour les sept détenus baha'is accusés de «blasphème» et d'«espionnage» en Iran



Paris le 1er mars – Le procureur général de l'Iran a annoncé vendredi que les sept baha'is incarcérés depuis huit mois et plus à la prison d'Evin auraient «reconnu les charges» retenues contre eux. Ces deux femmes et cinq hommes âgés de 35 à 75 ans sont accusés d'«appartenance à l'organisation illégale baha'ie», «espionnage au profit d'Israël», «blasphèmes» et «propagande contre la République islamique d'Iran». Ils sont bien sûr innocents, et l'inquiétude grandit après l'annonce du magistrat. Le procès est annoncé comme imminent. L'avocate des sept baha'is, Me Shirin Ebadi, Prix Nobel de la Paix, n'a toujours pas pu les rencontrer, ni consulter leur dossier.

Pendant 3 à 5 mois, les prisonniers ont été détenus au secret. Ils se trouvent à présent à la prison d'Evin à Téhéran, dans la section 209 qui dépend des services de renseignement. Les deux femmes sont ensemble, les cinq hommes enfermés dans une même cellule de 10m2, sans lit. Après avoir été interdits de visite pendant cinq mois, ils voient leurs proches au cours de brèves visites, sous surveillance, qui leur sont refusées si leurs conversations déplaisent.

Pour Amnesty International, ces personnes sont des «prisonniers d'opinion», et «si elles étaient condamnées, elles risqueraient de se voir infliger de longues peines d'emprisonnement, voire la peine de mort». Environ 200 baha'is ont été exécutés en Iran depuis 1979 et 27 autres sont actuellement incarcérés en Iran, au seul motif de leur appartenance religieuse.

Les charges ne tiennent pas. Les sept inculpés sont les intermédiaires de la communauté baha'ie auprès des autorités. Leurs activités sont connues, et ils sont surveillés depuis des années. Leur rôle consistait à gérer les affaires courantes de la communauté baha'ie. Mais aussi, tenter d'alléger la pression sur cette minorité, privée des droits les plus élémentaires depuis l'avènement de la République islamique en 1979.

Considérés comme des «infidèles non protégés», les 300.000 baha'is d'Iran sont la minorité religieuse la plus importante du pays. Ils ne sont pas reconnus par la Constitution et, 30 ans après la révolution islamique, continuent de faire l'objet de persécutions systématiques. Ils ont été expulsés de la fonction publique. Dans le secteur privé, les employeurs sont encouragés à s'en séparer. Les personnes âgées sont privées de retraite, les bacheliers interdits d'accès à l'université. Dans les écoles, les enfants de baha'is sont victimes, de la part de certains professeurs, d'humiliations publiques répétées.

Les cimetières baha'is sont régulièrement profanés. Dernier en date, le cimetière baha'i de Semnan, le 19 février. Cinquante tombes détruites, les arbres abattus, et les murs des bâtiments souillés de graffitis injurieux.

Lire aussi :
Amnesty International, 12 février 2009 : http://www.amnesty.org/fr/library/info/MDE13/013/2009/fr

Union européenne, 17 février 2009 : http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/en/cfsp/106134.pdf

Contacts : Silène Martino – Tél. 06 23 16 70 82 – silene.martino@gmail.com

Transmis le Mar 02, 2009 - 05:06 PM Envoyez cette article à un ami Format imprimable
Religions et conflits


Communiqué de presse du 17.02.09


Iran : Procès annoncé des sept administrateurs bahá'ís


Paris, publié le 17 février 2009 - Une fois encore, les bahá'ís de France sont inquiets : une dépêche de l'agence iranienne ISNA annonce comme imminent le procès des sept administrateurs bahá'ís arrêtés et incarcérés depuis mai 2008. Il s’agit des deux femmes et des cinq hommes responsables de la gestion des affaires courantes de la communauté bahá'íe d'Iran, désignés comme les "Amis d'Iran".

Leur avocate, le Prix Nobel de la Paix, Me Shirin Ebadi, n'a toujours pas été autorisée à rencontrer ses clients ni à accéder à leurs dossiers. Détenus à la prison d'Evin à Téhéran, dans la section 209 qui dépend des services de renseignement, les cinq hommes seraient enfermés dans une même cellule de 10m2, sans lit.

Mercredi dernier, après neuf mois de détention sans chef d’accusation formel, le vice- procureur de Téhéran a annoncé que les sept bahá'ís allaient être jugés pour: "appartenance à l'organisation illégale bahá'íe", "espionnage au profit d'Israël", "blasphèmes" et "propagande contre la République islamique d'Iran".

Selon un communiqué d'Amnesty International, ces chefs d'accusation sont motivés par des considérations d'ordre purement politique. Pour l'organisation, ce sont des prisonniers de conscience, incarcérés au seul motif de leurs convictions et leurs activités pacifiques au service des bahá'ís d'Iran. En cas de condamnation, les sept administrateurs bahá'ís risquent la peine capitale.

« Ces accusations sont montées de toutes pièces et le gouvernement iranien le sait », a déclaré Diane Alai, représentante de la Communauté internationale bahá'íe auprès de l'ONU à Genève. Elle réclame leur libération inconditionnelle.

Les baha'ís demandent un procès équitable car ils attendent que l’innocence soit reconnue. Cela implique, entre autres, que Me Shirin Ebadi puisse rencontrer ses clients, ait accès à leurs dossiers et puisse avoir suffisamment de temps pour préparer leur défense. Le procès doit être public et avoir lieu en présence d'observateurs internationaux.

Les 300 000 bahá'ís d'Iran constituent la minorité religieuse la plus importante du pays. Considérés comme des "infidèles non protégés", ils ne sont pas reconnus par la Constitution de la République islamique et, 30 ans après la révolution islamique, continuent de faire l'objet de persécutions intenses et systématiques.


Portrait des sept prisonniers : "Des vies de service, les biographies de sept bahá'ís emprisonnés"




Transmis le Fév 18, 2009 - 01:07 PM Envoyez cette article à un ami Format imprimable