Publié le Sept 06, 2009 - 11:44 PM
Vivre ensemble

Un dialogue des religions par la laïcité


Le jeudi 6 août 2009, à l’initiative du Père Higoumène Barsanuphe, Vice-Président de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix, un dialogue ouvert à tous, sur le thème « Les Religions pour la laïcité » était proposé, à Doumérac, près de Grassac en Charente, dans le cadre de la 16ème Rencontre Interreligieuse pour la Paix.


Le Père Barsanuphe, religieux et prêtre orthodoxe, est un fervent défenseur de la laïcité. Il l’exprime avec conviction à chaque occasion qui lui est offerte. La 16ème Rencontre Interreligieuse au CRIP à Doumérac en était une. C’est un fait, le Père Barsanuphe prie les icônes et loue la loi de 1905. Il dit que : « la laïcité n’est pas l’ennemie des religions ». Bien au contraire, elle « offre une chance ». Car sans cette laïcité effective, il n’y a plus le respect des différences, bref, en quelques mots, pour lui, « le contraire de la laïcité, c’est le totalitarisme ».

Le Centre de Rencontres Interreligieuses pour la Paix
Créé par le Père Higoumène Barsanuphe, le Centre de Rencontres Interreligieuses pour la Paix ( CRIP) accueille depuis 1998 des rencontres ouvertes aux représentants des autres religions. Chaque religion porte un message de paix qui est dénaturé par le fanatisme sous toutes ses formes. Il appartient donc aux religions elles-mêmes de dénoncer, en s’en démarquant, leur propre fanatisme, principal obstacle à la paix. Cette démarche de dialogue interreligieux veut contribuer à réduire l’ignorance, la peur ou le mépris. Elle tient aussi compte de l’approche des agnostiques. L’engagement, que certains observateurs pourraient qualifier de « peu orthodoxe » du Père Barsanuphe va jusque là. C’est son engagement, ses convictions d’homme de foi, son action pour la paix des nations et des peuples qui l’ont conduit à organiser les rencontres qu’il anime. C’est ainsi que des représentants de toutes les grandes religions présentes en France, même les plus minoritaires, ainsi que des spiritualités non religieuses ont, à un moment ou à un autre, participé à l’une de ses conférences.

Sur le thème de la laïcité
La 16ème Rencontre de Doumérac, sur le thème de la laïcité, tout en permettant un débat et un dialogue ouvert, rendait, par la projection d’une video, un hommage à Papa Ibrahima Seck, poète et politologue d’origine sénégalaise, professeur d’Université en France, homme de paix et de cœur, décédé en février 2009, à l’âge de 55 ans. Il avait participé à la 4ème Rencontre, le 2 septembre 1999, où il avait déclaré : « Etre laïc, c’est avant tout reconnaître la liberté de l’esprit ». Le Dr Babacar Cissé, universitaire, consultant en sociologie était l’invité du jour, c’était un ami de Papa Ibrahima Seck.
Sa présence voulait aider les participants à mieux faire connaissance avec l’œuvre et l’action de ce poète. Au début de la Rencontre, le Père Higoumène Barsanuphe a insisté sur l’originalité de cette formule de partage-débat. « Je voudrais que nous ayons une discussion dans laquelle chacun puisse réagir » s’est-il exprimé. Le Dr Babacar Cissé reprendra l’idée avec des mots qui caractérisent sa culture « Un débat à l’ombre de l’arbre à palabre… ». Il est vrai que le petit public, environ une vingtaine de personnes, il y en a plus à d’autres saisons, était à l’ombre, dans la petite salle. Dehors, le soleil du mois d’août était de plomb, l’atmosphère était lourde et brûlante !

Un démarrage laborieux, mais des échanges riches !
Après un démarrage un peu difficile, des convictions, des constatations ou des questions s’échangèrent. On peut en retenir quelques expressions, significatives de la profondeur de réflexion qui s’était instaurée, comme celles-ci : « l’ignorance rouille le cœur de l’homme… », « à moi seul, je n’ai pas toute la vérité, l’autre peut avoir la vérité… », « ce sont les émotions, les passions, les sentiments qui font l’homme, la laïcité nous arrange, elle facilite la relation et le début du dialogue… », « tout le monde a le droit de croire ou de ne pas croire… », « chaque religion pense détenir la vérité,comment concilier cette hégémonie ? Comment concilier tout cela avec un dialogue véritable ? Peut-être en admettant que chacun ait le droit d’avoir ses propres convictions ! On peut être convaincu de sa vérité, celui qui veut véritablement dialoguer se doit d’être enraciné… ».
Aujourd’hui, on pourrait dire en France que la laïcité ne va pas si mal. Que finalement tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Cependant, il y a des peurs et toujours des « guerres de religion ».Notre relation aux autres ne se serait-elle pas transformée en indifférence ? Attention, il serait raisonnable de rester éveillé !

Mettre en pratique, il n’y a que ça de vrai !
Ce type de conférence-débat interactif a eu le mérite de mettre tous les participants sur un pied d’égalité, c’était en quelque sorte un exercice pratique de laïcité. Ensemble, venant de divers horizons, les intervenants, volontaires, car si tous étaient encouragés pour prendre la parole, chacun restait libre de ses interventions, ne se sont pas contentés de dénoncer des fanatismes. Ils ont réellement échangé, dans l’écoute et le respect de l’autre, en parlant de leur propre religion, de leur propre foi, de leur propre philosophie ou croyance. Personne n’a cherché à convertir l’autre ou à nier les différences de tradition et de culture. Un « brin de dialogue ouvert » s’était instauré. Au fil des années, il s’enracine en terre charentaise.


Alain MICHAUD
Courrier Français de Charente du 21 août 2009

 
Liens relatifs
· Plus à propos de Vivre ensemble


Article le plus lu à propos de Vivre ensemble:
Transmission des valeurs dans le catholicisme.