Agenda

- Dimanche 19 mars, où que vous soyez et à Paris 4e : Prière et recueillement pour la Paix, garder le silence pendant trente minutes

- Lundi 5 septembre 2016, IMA : début d'un Cycle de 4 conférences de Ghaleb Bencheikh : Mots d'Islam, pour décrypter 4 « mots d’Islam » devenus «valises » voire anxiogènes : Islam, Djihad, Charia, Fatwa. Organisé par la SAIMA ( Société des Amis de l'IMA )- Entrée libre- Réservation.

- à partir du lundi 26 septembre 2016, Paris, ENS 45 rue d'Ulm : Islams de France - Islam public et publics d'Islam. Pièce d'identité demandée.

Foire aux questions

- Pour adhérer : Bulletin d'adhésion ICI (cliquer )

- Pour nous contacter, participer à la vie de la CMRP,
- Mode d'emploi du site :
Cliquer ICI
Publié le Août 19, 2007 - 11:47 PM
Vivre ensemble8/11/05 RENCONTRE INTERRELIGIEUSE aux Sables d’Olonne


Transmission des valeurs et Bouddhisme



Je vais essayer de faire de mon mieux et vous demande votre indulgence car il va être difficile de parler en cinq minutes d’un sujet aussi vaste Je ne suis pas une spécialiste du bouddhisme, je suis une étudiante sur la voie du bouddhisme tibétain et essaie de mettre en pratique les enseignements que je reçois.
Je vais parler :
1-des valeurs
2-de leur transmission par l’éducation
3-de la transmission spirituelle


1 Les valeurs


Les quatre valeurs fondamentales sont :
-L’amour infini
-La compassion infinie
-L’équanimité infinie
-La joie infinie

L’infini, c’est loin, incertain voire irréalisable mais ce n’est pas une mauvaise direction à prendre et le Bouddha a appris comment la suivre.

A ces valeurs fondamentales, j’ajouterais :
La tolérance, la non-violence, l’altruisme
La générosité, l’éthique, la patience
L’effort enthousiaste, l’absence de dogme
Le respect rigoureux de toute vie, le respect des autres religions et traditions
La constante remise en question de soi-même afin de ne pas être gouverné par son propre ego ou ses émotions sans oublier le lâcher-prise, l’humour et l’humilité.

Ces valeurs se retrouvent dans beaucoup de religions.

Khempo Tchödrak Rinpoché disait :
« Développez l’attitude juste,
Pensez plus large !
Pensez plus altruiste !
Appuyez-vous sur la santé fondamentale de l’éveil,
Lâchez cette forteresse illusoire du « moi-je », de l’ego !

2 La transmission par l’éducation


Chaque enfant est un être particulier. Il arrive au monde avec un karma, des tendances mentales, des capacités physiques et intellectuelles qui lui sont propres et sont à respecter pour l’amener par la compréhension à acquérir des attitudes justes, à donner un sens à sa vie, ne pas la gaspiller, la rendre utile, créative et passionnante.
L’amener à développer son cœur en même temps que son intelligence en créant une ambiance de confiance aimante et en voyant en lui son potentiel d’éveil.
L’amener à chercher avec beaucoup de sincérité la motivation de ses actes et intentions et à réfléchir sur les dix conseils de vie du bouddhisme (je les transcris en langage simple.).
1 Protéger toute vie
2 Etre généreux
3 Avoir une éthique pure
4-Dire la vérité
5-Créer l’harmonie, la paix
6-User de paroles bénéfiques et agréables
7-Parler à bon escient sur des sujets utiles
8-Se réjouir de ce que l’on a, de ce que l’on est et du bonheur matériel et spirituel d’autrui
9-Avoir uniquement de la bienveillance envers autrui
10-Ne pas dénigrer les autres traditions et religions et maintenir sa confiance dans le Dharma*


Ces valeurs sont transmises dans la famille et dans les enseignements donnés par les lamas.
Au centre Dagpo Kaguy Ling de Dordogne, des stages sont proposés aux adolescents pour les aider à regarder les différents aspects de leur vie à la lumière du Dharma, des stages sont de la même manière, proposés aux parents, aux mamans et grands-mères, d’autres pour accompagner les enfants et personnes en deuil ou en fin de vie.
Je vais vous raconter une histoire personnelle :
Lorsque ma petite fille est née, j’ai apporté à Lama Guendune Rinpoché* une photo d’elle et lui ai demandé s’il avait des conseils à me donner pour son éducation. Il a regardé longuement la photo en récitant des prières de souhaits puis avec un grand éclat de rire, il m’a dit : « laisse s’épanouir ses tendances naturelles et toi, sois une parfaite bouddhiste devant elle ».Il savait pertinemment que je n’étais pas une parfaite bouddhiste mais il me donnait le chemin à suivre en me responsabilisant et en me montrant l’importance de l’exemplarité.


3 La transmission spirituelle

Le bouddhisme est une voie d’expérimentation au sein même de l’esprit qui, de son état ordinaire c’est à dire émotionnel va au fur et à mesure de la progression du pratiquant révéler son essence innée d’amour et de sagesse.
Pour parfaire ce parcours, la guidance d’un maître ayant une expérience authentique de cette voie est nécessaire afin que le pratiquant ne se laisse pas prendre dans les filets de l’ego. Il le fera à travers les trois moyens de la communication générale à tous les êtres : le corps la parole et l’esprit.

Transmission par le corps :

Le maître se comporte de manière réfléchie dans la simplicité matérielle. Sa pratique quotidienne, son attitude harmonieuse sont source d’inspiration pour l’étudiant. J’aurais quantité d’exemples à vous citer dans la vie des maîtres du passé et du présent Je pourrais vous citer SS le Dalaï Lama, SS Karmapa, SS le Drukchen….Mon maître, Jigmé Rinpoché reflète dans son comportement l’équanimité, la paix, la sérénité même parmi les obstacles naturels de la gestion d’un centre.

Transmission par la parole :

Cela concerne la guidance du maître qui enseigne les conseils du Bouddha en aidant son disciple dans la compréhension et dans la méditation.
La voix du maître est douce, agréable à l’ouie, du miel ! Mais elle peut aussi avoir une compassion courroucée face à un disciple distrait ou campé dans ses émotions.


Transmission par l’esprit

En fonction de l’authenticité du maître et de sa réalisation de sagesse, il peut aider son disciple par l’esprit, mais ici, nous entrons dans l’ultime et je ne veux pas m’y aventurer ce soir !

Dans ma tradition, la voie du Bouddhisme ne peut s’accomplir sans la guidance d’un maître. D’abord ce sera un être, homme ou femme, incarné, authentique qui guidera par son exemple, par ses enseignements, par ses conseils de pratique (et ce n’est pas toujours très confortable…..) puis ce sera l’étude des textes, puis le maître sera notre propre esprit lui-même lorsqu’il commencera à émettre les premiers rayons de sa propre sagesse en s’étant libéré de l’empire de l’ego. Je n’en suis pas encore là et il me faudra sûrement beaucoup de vies pour y parvenir.

Comment recevoir un enseignement ?
Nos maîtres nous parlent souvent par images pour nous montrer les attitudes à éviter :
Ne soyez pas comme la tasse renversée dans laquelle le thé ne peut rentrer
Ne soyez pas comme la tasse percée qui ne retiendra pas le thé
Ne soyez pas comme la tasse contenant du poison qui fera du thé un breuvage imbuvable


La transmission spirituelle se fait aussi à travers des cérémonies particulières :
la prise de refuge
le loung
(lecture rituelle) donnant l’autorisation de faire une pratique
l’initiation (rituel très profond de transmission)
que je ne peux développer aujourd’hui

La formation des lamas

Dans les centres de retraite, guidés par des maîtres authentiques, souvent en faisant plusieurs retraites traditionnelles de trois ans, trois mois, trois jours, ils doivent étudier et comprendre les textes mais surtout recevoir l’initiation et la transmission correspondante .
Ils apprennent beaucoup de textes car ils joueront à leur tour un rôle de dépositaires et d’intermédiaires.
Les études ont une vision humaniste. Elles reposent sur la morale, la psychologie, la communication, tout ce qui favorise l’épanouissement des êtres et donc leur bonheur.


Le Bouddhisme s’adapte au pays dans lesquels il s’implante et à la modernité. Il réfléchit aux problèmes soulevés par notre société, je veux parler de l’avortement, de l’euthanasie, du clonage, du don d’organes, des traitements subis par les animaux dans les laboratoires et les abattoirs sans oublier l’écologie et le respect de la planète et des univers.

J’ai envie d’ajouter qu’il me semble inapproprié d’avoir, sans pour cela les renier, un attachement excessif à ses propres valeurs, cela raidit nos comportements.
Laissons en nous un espace pour accueillir les valeurs des autres, elles nous enrichissent. Soyons confiants. C’est ce que nous cultivons à travers nos échanges interreligieux

Pour terminer je vais vous raconter une histoire tibétaine :
Deux moines partant en pélerinage, longent une rivière. Lorsqu’ils arrivent à un gué, ils trouvent une femme en pleurs car le courant étant trop fort elle ne peut traverser. « Monte sur mon dos » dit le plus vieux des moines et il l’emporte sur l’autre rive. La femme le remercie et continue sa route.
Les deux moines marchent en silence un long moment puis le plus jeune dit à son compagnon :
-Comment as-tu pu porter une femme sur ton dos ? Tu sais bien que notre règle monastique l’interdit !
-Oh, répondit son compagnon, j’ai déposé cette femme sur la rive et je l’avais oubliée mais toi, depuis tout ce temps, tu la portes toujours dans ta tête !


Merci, j’ai apprécié votre écoute et comme nous avons tous fait de notre mieux, nous pouvons le dédier au bien de tous les êtres.


*Dharma : enseignements du Bouddha
*Guendune Rinpoché :grand maître réalisé




 
Liens relatifs
· Plus à propos de Vivre ensemble


Article le plus lu à propos de Vivre ensemble:
Transmission des valeurs dans le catholicisme.