Agenda

Samedi 30 septembre 2023 à Versailles : AKEDIA Le Diable au Désert, une pièce d'Adrien Candiard. Conversation avec le Diable.

en video : L'Islam et la liberté de conscience.Cf ci-dessous Webinaires à revoir.

Webinaires à revoir

Sur l'Islam, débat entre Remi Brague et Ghaleb Bencheikh. Replay du débat aux Bernardins. Cliquer.

L'Islam et la liberté de conscience - Fondation de l'islam de France.
Si vous n'avez pas pu assister à ce Colloque en direct, il est visible en Replay sur la video de la Fondation de l'Islam de France ( cliquer )

Le Cri de la Paix, Religions et Cultures en dialogue, Rome 23 au 25 octobre 2022.
Avec Sant'Egidio. Autour de la guerre en Ukraine.
Video de l'Assemblée inaugurale, le 23 octobre 2022"
Frère Alois de Taizé : La prière comme source de paix. Cliquer.

- Vidéo de la conférence donnée le mercredi 17 novembre 2021 , animée par Mgr Jean-Marc Aveline, archevêque de Marseille, et Mme Nayla Tabbara, présidente de la fondation libanaise Adyan et professeure à l'Université Saint-Joseph de Beyrouth.

- Vidéo de l'hommage-prière interconvictionnelle pour les victimes de la pandémie par l'association Agir pour la Fraternité.Paris 15e (cliquer)

- Mardi 5 février 2021 : vidéo-conférence :Fondacio, La dimension spirituelle des enjeux actuels, regards croisés ; juif, catholique, musulmane"> Revoir la rencontre du 5 février.

Vidéo à revoir : Cultiver la paix avec Louis Massignon.

Foire aux questions

- Pour adhérer : Adhésion - Dispositif spécifique pour 2023 (cliquer )

- Pour nous contacter, participer à la vie de la CMRP,
- Mode d'emploi du site :
Cliquer ICI
Publié le Juil 24, 2002 - 11:42 PM
Religions et conflits

International
Les Religions pour la paix au Proche-Orient

Déclaration du Comité exécutif international de la Conférence mondiale des Religions pour la Paix

L’angoisse des innocents qui souffrent et le cri de ceux qui aspirent à la paix dans la justice en Terre Sainte serrent le cœur des peuples du monde entier. Nous qui représentons les religions du monde, nous sommes unis dans le rejet de la terreur, du meurtre délibéré de personnes innocentes, qu’il soit perpétré par des individus ou par des Etats.

Nous sommes unis également dans la conviction que les peuples israélien et palestinien ont le droit l’un et l’autre de vivre en voisins dans la paix et la sécurité. Ceci peut être obtenu par la création d’un Etat palestinien et par la reconnaissance du droit à l’existence de l’Etat d’Israël, ces deux Etats ayant des frontières sûres, internationalement reconnues.
En conséquence, nous demandons d’abord aux responsables israéliens et palestiniens de travailler ensemble en vue d’aboutir immédiatement aux résultats suivants : mettre un terme à l’occupation récente de territoires palestiniens, rejeter et condamner toute forme de terrorisme, édicter un cessez-le-feu formel et commencer des négociations politiques visant l’établissement d’une paix juste et durable.

En second lieu, nous prenons acte avec gratitude de l’action constructive des Etats membres de la Ligue arabe à travers leur proposition récente d’un plan de paix précisant les conditions de l’établissement d’un Etat palestinien et de relations normales avec Israël. Nous exprimons nos encouragements et notre soutien à toutes les parties concernées pour qu’elles s’emploient à réaliser les objectifs de ce plan.

Troisièmement, nous appelons les Nations Unies à prendre immédiatement, selon leur mandat et @avec les instruments à leur disposition, les mesures nécessaires à l’établissement de la paix.

Quatrièmement, nous appelons tous les Etats à utiliser leurs bons offices pour créer et soutenir les conditions de la paix et à s’abstenir de toute action risquant d’exacerber le conflit.

Cinquièmement, nous faisons spécialement appel aux Etats Unis pour une action pour la paix menée avec une fermeté en rapport avec la capacité qui est la leur, en vue de garantir la justice aux deux parties. Nous offrons nos encouragements pour le succès de la mission de M. Colin Powell, Secrétaire d’Etat.

C’est d’abord aux responsables politiques que revient la tâche de mettre un terme à toutes les violences et de mettre en place un processus de paix en faveur des peuples de la Terre Sainte. Il faut les soutenir de toutes les manières possibles. Mais, pour essentiel qu’il soit, leur rôle ne suffit pas. Parallèlement aux efforts politiques, pour les étayer, les guider et les soutenir, il faut aussi l’engagement des profonds héritages de civilisation de la région. Ces héritages sont les trois religions abrahamiques, l’Islam, le Christianisme et le Judaïsme. Loin d’être nécessairement des sources de division, ces trois traditions doivent être vues comme des facteurs de paix majeurs. Les mobiliser est une nécessité urgente ainsi qu’à long terme.

De ce point de vue, nous saluons l’exemple courageux donné par nos confrères juifs, chrétiens et musulmans de Terre Sainte qui se sont rencontrés pour la première fois à Alexandrie en janvier dernier. Ils ont pris l’engagement de vivre ensemble et de pratiquer la coopération religieuse en vue de la paix dans la justice. Nous nous engageons nous-mêmes en solidarité avec leur mission de paix. Nous appelons tous les croyants et les hommes et les femmes de bonne volonté dans le monde entier à soutenir chaque pas vers une paix juste et durable. (New York, 8 avril 2002)

 
Liens relatifs