Foire aux questions

- Pour adhérer : Adhésion - Dispositif spécifique pour 2022 (cliquer )

- Pour nous contacter, participer à la vie de la CMRP,
- Mode d'emploi du site :
Cliquer ICI
Webinaires à revoir
Prières

- Prières des différentes religions ou relatives à l'interreligieux.
En particulier, prières contre le Covid-19 , proposées par les Baha'is de Nice.

Publié le Juin 23, 2002 - 05:26 PM
Religions et conflits

International

DECLARATION DES LEADERS RELIGIEUX DE L’EUROPE DU SUD-EST

(extraits du texte adopté le 27 novembre 1999, en marge de la Septième Assemblée mondiale de la WCRP, par vingt-sept responsables de haut niveau, catholiques, protestants, orthodoxes, juifs et musulmans des divers pays de l’Europe du Sud-Est)




Hommes religieux, nous devons affirmer que dans chacune de nos traditions, la vie humaine est sacrée. Toute violation des droits de toute personne est inacceptable et doit être condamnée. Toutes nos traditions religieuses cherchent à promouvoir la plénitude de la vie par la paix, la justice, la compassion et l’amour. Malheureusement, l’expérience récente de l’Europe du Sud-Est est pleine de conflits qui les ont déniés à beaucoup. (...)





Nous sommes fiers du rôle que nos religions ont joué dans l’histoire, la culture et les traditions des pays et des peuples de notre région. Nos identités religieuses ont été, et continueront d’être un élément essentiel de ce que nous sommes comme croyants et comme personnes. Mais nous sommes conscients aussi des abus de ce lien étroit entre la religion et l’identité nationale commis par ceux qui étaient en situation d’influence et de pouvoir. Trop souvent, au sein de nos communautés ethniques et religieuses, des efforts ont été faits pour présenter les autres comme un ennemi, comme un danger pour la sécurité de notre propre communauté. Nous devons résister à ces stéréotypes et les surmonter, afin que notre héritage serve à construire un avenir solide pour tous au lieu de perpétuer le mythe que la sécurité n’est possible que dans un Etat ethniquement pur. Nous portons le deuil de tant de victimes innocentes dans les conflits qui ont fait rage dans la région, nous déplorons leur destruction ainsi que la destruction d’objets religieux de toutes nos communautés. Nous sommes mis au défi de demander pardon et de chercher la réconciliation entre communautés, non pas que les communautés religieuses soient responsables de ces conflits, mais parce que la religion doit donner l’exemple à la société.


Nous reconnaissons qu’en tant que membres de ces communautés, nous ne pouvons échapper à un sentiment collectif de honte pour ce qui s’est passé, mais il nous faut sauvegarder le principe de la culpabilité et de la responsabilité individuelle pour les actions et les atrocités commises au cours de ces conflits, notamment dans le cas des dirigeants qui ont contribué à provoquer ces crises. Le principe de justice profondément enraciné dans chacune de nos traditions demande que les responsables soient jugés conformément aux normes juridiques internationales, sans que la culpabilité soit assignée à des communautés entières. Punir des populations entières ne fait que multiplier les injustices et la souffrance des innocents. Nous tournant vers l’avenir, les communautés religieuses peuvent et doivent jouer un rôle central dans la construction d’une société civile vigoureuse dans toute la région. C’est la responsabilité des autorités politiques que de construire l’Etat, mais la reconstruction et le développement matériels ne dureront qu’accompagnés de reconstruction et de développement dans le domaine moral et social. Les communautés religieuses ont à prendre la tête du processus de promotion de la vérité, de la justice et de la réconciliation dans leurs sociétés, en sorte que toutes les personnes et tous les groupes voient leurs droits respectés et protégés dans toute la région.


(...)


Presque toutes nos communautés sortent d’une période communiste au cours de laquelle la religion a été durement marginalisée. Nous cherchons ensemble à promouvoir une société civile vigoureuse et le rôle essentiel que les communautés religieuses ont à jouer à cet égard, mais nous ne pouvons pas le réaliser seuls. C’est pourquoi nous appelons les autorités politiques au niveau local et au niveau des Etats, de la région et des organisations internationales :

1. à promouvoir et à pratiquer activement la démocratie, les droits de l’homme et le règne du droit, avec une protection particulière pour les groupes minoritaires, dans tous les Etats de la région ;

2. à établir et à respecter une séparation formelle des institutions politiques et religieuses, de telle sorte que chacune puisse remplir pleinement sa tâche dans le respect des fonctions des autres ; (...)



En tant que représentants de nos communautés religieuses respectives, nous savons qu’il n’y a pas d’autre choix que le dialogue en leur sein et entre elles, et nous nous engageons à prendre les mesures suivantes pour promouvoir le dialogue et la coopération entre nous et pour accroître le rôle de nos communautés comme acteurs sociaux importants dans nos sociétés :

1. Nous chercherons des partenariats avec d’autres organisations civiques et sociales dont nous partageons les préoccupations.

2. Nous apprendrons à tous à comprendre et à respecter nos différentes croyances, afin d’éviter que l’ignorance et la crainte n’alimentent de nouveau la violence. A cette fin, nous veillerons à ce que les programmes et les manuels scolaires traitent chaque religion de telle manière que les fidèles de cette religion puissent s’y reconnaître. Nous fournirons des informations de base sur chaque communauté religieuse, et nous organiserons des échanges d’enseignants dans nos propres institutions religieuses afin de promouvoir une meilleure connaissance et le respect mutuel.

3. Nous nous engageons à prier pour la tolérance, la coexistence et la paix et à les promouvoir, pour nos frères et soeurs des autres communautés et au sein des nôtres. Nous nous engageons aussi à promouvoir un climat de paix dans nos communautés en soulignant auprès de nos propres cadres que la prédication ne doit jamais fonder la compréhension de notre propre foi sur une attaque des autres. Il nous faut témoigner de respect envers les autres en nous abstenant de tout langage incendiaire dans nos déclarations publiques. (...)


 
Liens relatifs