Publié le Août 07, 2009 - 12:49 PM
Vivre ensemble


LA FONTAINE AUX RELIGIONS

LE TOUR DU MONDE 2009


Le 5ème Tour du Monde, organisé par l’association La Fontaine aux Religions, s’est déroulé le 14 juin 2009. Cette année, nous avions choisi, comme en 2007, d’installer un Village des Religions sur l’espace public, plus précisément sur la place Jean-Pierre Timbaud, au cœur du 11ème arrondissement.
Ce quartier est idéal. D’un côté, la Maison des Métallos, institution culturelle de la Ville de Paris. De l’autre, des établissements d’enseignement catholique. A l’angle de la rue Morand, la mosquée Omar, avec laquelle nous tissons des liens d’amitié depuis une dizaine d’années. A côté de la mosquée, une institution juive acueille des enfants handicapés de toutes confessions. A deux pas, on trouve le centre social du Picoulet, dirigée par la communauté protestante du même nom, ainsi que la paroisse catholique Saint Joseph des Nations.

Le thème de ce Tour du Monde était « LES VOISINS ».

C’est donc au centre de cet espace, marqué par une présence religieuse forte tout autant que par une diversité sociale et ethnique tout aussi forte, que nous avons installé dimanche 14 au matin notre Village.


Nous avions 4 tentes.
La plus grande, montée à l’écart, portait une banderole « Espace de silence et de prière ». Nos amis de la mosquée Omar nous ont aidés à la ceindre d’un drap blanc, afin de préserver un espace d’intimité. Ils nous ont prêté un tapis. A l’intérieur, deux livres, posés à plat, un Coran et une Bible. Qui voulait s’isoler, se recueillir, prier, le pouvait. Quel symbole !
Les trois autres tentes étaient regroupées. Elles délimitaient un espace ouvert. Dans la première, nous avons installé trois vitrines présentant des objets relatifs à nos différentes religions. Une série d’objets de culte prêtés par le Père orthodoxe BARSANUPHE, qui témoignait du soutien du Collectif Inter Religieux Multi-latéral pour la Paix, icônes, chandeliers notamment. Des symboles sikhs étaient présentés dans une autre vitrine, à côté d’objets catholiques, une mitre d’évêque, une crèche avec ses personnages. Nos amis de la synagogue Abravanel, de la rue de la Roquette, nous avaient remis des objets utilisés lors de la prière. Daniel nous avait prêté des rouleaux de la Torah. Belle exposition en vérité, inattendue mais, elle aussi, symbolique.

Dans la deuxième tente, nous avons installé des vêtements. Certains passants ont cru qu’il s’agissait d’une braderie. Nous avions loué des bustes et disposions de plusieurs mannequins. Nous avons ainsi présenté une aube catholique, une tenue de pasteur protestant, des voiles de prière juifs, une tenue sikh, plusieurs habits musulmans d’homme et de femme. Le père Barsanuphe nous avait prêté une tenue liturgique orthodoxe complète qui a fait grand effet.
La troisième tente était consacrée à la nourriture. Les chrétiens avaient posé en évidence une carafe d’eau, un verre de vin, une assiette, ainsi qu’un panneau expliquant la signification du jeûne. Nos amis musulmans avaient apporté des dattes et du lait.


A 15 heures, tout était prêt, les tentes ainsi parées, la sono installée, le Jeu des voisins disposé avec la plaque de jeu adossée à la statue municipale du Penseur. Le rabbin Gabriel Hagaï a ouvert l’après midi avec ses chants juifs écrits sur des musiques d’Afrique du nord. Avec son musicien, il nous a offert quelques instants magiques, et nous étions emportés très loin et nous avions soudain envie de danser et de frapper dans les mains.

Puis survint la séquence du théâtre Forum. Nous l’avions préparée avec soin, sous la conduite professionnelle et patiente de Christine Duron. Deux saynètes furent jouées, l’une portant sur la prière des musulmans dans la rue le vendredi après-midi, l’autre sur les problèmes posés par la fermeture des portes électriques pour les juifs lors du shabbat. Les rôles avaient été préparés et répétés et de M Martin, laïc engagé, à Mme Michu, catho intégriste, de Jeanne Shitsguebel, protestante suisse, à Esther, habitante juive, ou Monique, laïque modérée, chacun de nous avait son personnage et sa trame en tête et étions prêts au grand jeu de l’improvisation. Eric, puis Isabelle, puis nos ami Kudrat et Hichem intervinrent dans ce spectacle improvisé et ce fut un moment fort et plein d’attention que ces prises de paroles où chacun, pris par le jeu, sut dire en mots simples ses convictions, là, en plein cœur de Paris, sur l’espace public, devenu quelques instants un grand forum de la liberté où chacun pouvait exprimer librement ses convictions et ses espérances.

Gabriel Hagaï et son ami marocain nous entrainèrent ensuite vers d’autres musiques, scandées par les applaudissements de passantes ravies de reconnaître les musiques de leur pays d’origine.

Pour finir l’après-midi, nous organisâmes sous forme collective le Jeu des Voisins. L’an dernier, nous avions conçu le Jeu des religions. Cette année, le Jeu des voisins était un prétexte pour sonder les passants sur la nature de leur relations avec leurs voisins dans plusieurs situations : dans leur immeuble, dans leur rue, dans leur transport quotidien, à travers leur cuisine, en faisant un détour par l’Europe, en les interrogeant enfin sur la religion de leurs voisins. Eh bien, foi d’animateur de ce Jeu original, les assistants apportèrent toutes les bonnes réponses et chacun gagna un marque-page spécialement conçu par Madeleine, avec rappel de la date, mention d’une rue du quartier et une phrase symbolique extraite de la Bible ou du Coran.

Durant cet après-midi, discrètement, des échanges ont eu lieu, et c’est peut-être dans ces conversations anonymes que réside le plus grand succès de cette journée.
Il y aura encore sans doute des améliorations à apporter. Mais ce fut une belle journée, sans pluie et même, disons-le, sous un soleil bienfaisant. Oui, une belle journée d’expression libre durant laquelle, catholiques, protestants, orthodoxes, musulmans, juifs et sikhs, nous avons apporté la preuve que les religions pouvaient être un ferment de paix, de tolérance et de respect. Nous avons apporté la preuve que nous pouvions, en respectant les convictions des autres, dialoguer sereinement. Nous avons traduit en gestes simples cette responsabilité qui est la nôtre, ici, en France, pays laïc et tolérant, de témoigner des valeurs que nous portons et dont nous sommes convaincus qu’elles sont une richesse pour notre société.

A l’année prochaine pour un sixième Tour du Monde !

Nos partenaires : la paroisse Saint Joseph des Nations, la Communauté protestante du Picoulet, la mosquée Omar, la synagogue Abravanel, Kudrat Singh pour la communauté sikh, l’association Cieux, la compagnie théâtrale BELOMBRE, le Collectif inter religieux multilatéral pour la paix.

Sont membres de notre Comité d’honneur : la paroisse Saint Joseph des Nations, la Fraternité monastique de Jérusalem, le Groupe Inter religieux pour la paix 78, la paroisse Sainte Marguerite, la Mission populaire évangélique de France.

 
Liens relatifs
· Plus à propos de Vivre ensemble


Article le plus lu à propos de Vivre ensemble:
Transmission des valeurs dans le catholicisme.